Les paiements et les transactions par voie électronique, au cours des cinq dernières années, sont restés sur une courbe évolutive dans les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC). Dans son rapport des services de paiement de monnaie électronique pour l’année 2020 que Financial Afrik a pu consulter, la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) dresse l’état d’une activité croissante aussi bien sur le volume des paiements, que sur le nombre des transactions électroniques.

Après l’organisation de cette activité en 2016, il ressort que le nombre de transactions est passé de 977 millions à 1102 millions en 2020, enregistrant une valeur transactionnelle pendant la période considérée de 1631 milliards de FCFA (2,8 milliards de dollars) à 14 882 milliards de FCFA (26,4 milliards de dollars). Entre 2019 et 2020, l’activité a connu une progression de 30,28 %, tandis que le nombre de points de services a connu un accroissement de 40,95%. Pendant la période sous revue, la valeur moyenne des transactions journalières est de 40,6 milliards (70 millions de dollars) contre 31 milliards l’année précédente, soit une augmentation de 30,96 %.

L’interopérabilité promeut depuis quelques années par le Groupement interbancaire monétique de l’Afrique centrale (GIMAC) a également favorisé cette vulgarisation des paiements électroniques à quoi il convient d’ajouter les transferts vers l’étranger. Par ailleurs, les indicateurs notent une évolution positive dans tous les pays de la sous-région, à l’exception du Tchad qui a connu une baisse de transactions de 19, 22 % au cours des deux dernières années.

Principale économie de la CEMAC avec plus de 40% du PIB (Produit intérieur brut) communautaire, le Cameroun conforte son leadership dans ce segment avec 73,13 % des transactions globales, suivi du Gabon 16, 69 % et du Congo 9,25 %. Ces trois pays totalisent 99,07 % du nombre et 98,84 % de la valeur des transactions effectuées dans la CEMAC en 2020. Pendant qu’on observe un décollage de l’activité de monnaie électronique en Centrafrique, en Guinée équatoriale en revanche, l’activité reste encore timide.

Il convient de noter que l’exercice d’émission et de gestion de monnaie électronique est encadré par le règlement N° 03/16/CEMAC/UMAC/CM du conseil de ministre de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (UMAC) du 21 décembre 2016 relatif aux systèmes, moyens et incidents de paiement et le règlement N° 04/18 /CEMAC/UMAC/CM/COBAC du 21 décembre 2018 de l’UMAC et de la Commission bancaire de l’Afrique centrale (COBAC) relatif aux services de paiement dans la zone CEMAC. En vigueur depuis le 1er janvier 2019, ce dernier abroge toutes les dispositions antérieures liées à cette activité ainsi que le rôle des autorités de régulation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here