Adossée au Franc CFA, Bamako résiste aux sanctions de la CEDEAO. Le Naira danse le Tango sur un baril de pétrole, le Cédi perd pied face au dollar, le Rand rongé par l’inflation, la Livre égyptienne parle chinois, le Shilling Kenyan joue au yoyo, le Shilling Ougandais sur une barre psychologique, le Shilling tanzanien aidé par les agriculteurs. Dans cette chronique hebdomadaire sur les devises africaines, les experts de l’AZA, le plus important courtier non bancaire en devises en Afrique, avec un volume de transactions de plus de 1 milliard de dollars par an, analysent l’évolution des fluctuations monétaires sur le continent.


Le Mali fait face aux sanctions alors que son calendrier électoral stagne

Le bloc politique et économique de l’Afrique de l’Ouest, la CEDEAO, a imposé des interdictions de voyager et le gel des avoirs des dirigeants de la transition malienne après le constat du non maintien des élections présidentielles et législatives en février 2022, comme promis précédemment. Le gouvernement intérimaire actuel a pris le pouvoir après que l’armée ait destitué le président Ibrahim Boubacar Keita en août dernier, donnant l’assurance à la CEDEAO qu’elle superviserait une transition de 18 mois devant conduire à la démocratie. Le coup d’État militaire, la faiblesse de l’investissement privé et la baisse de la demande mondiale de produits de base causée par la pandémie de COVID-19 ont entraîné un repli de l’économie malienne de 2 % en 2020, après une croissance de 5,1 % un an plus tôt. Comme au Soudan et en Guinée, les perturbations continues causées par les prises de contrôle militaires menacent de faire dérailler la reprise économique post-Covid. Michael Nderitu, Chief Risk Officer, AZA.


Le Naira revigoré par la hausse des prix du pétrole

Le Naira s’est renforcé par rapport au dollar sur le marché non officiel cette semaine, s’élevant à 560 contre 563,5 à la fin de la semaine dernière, dans un contexte de hausse des prix du pétrole brut et de réduction de la demande de billet vert. Après le lancement de l’e-Naira à la fin Octobre, la banque centrale a déclaré que les Nigérians ont effectué 46.3M de transactions en utilisant la monnaie numérique. Les réserves de change ont chuté pour une deuxième semaine consécutive, passant de 41,7 milliards de dollars à 41,6 milliards de dollars sept jours plus tard. Compte tenu de la vigueur des prix du pétrole et de l’assouplissement de la demande en dollars, nous nous attendons à ce que le Naira reste stable au cours de la semaine à venir.

Le Ghana se concentre sur le renforcement de ses capacités d’exportation

Le Cedi s’est déprécié par rapport au dollar cette semaine, se négociant à 6,107 contre 6,099 à la clôture de la semaine dernière. Le ministre ghanéen du Commerce et de l’Industrie, Alan Kyerematen, a déclaré que le pays doit accroître sa capacité d’exportation par l’industrialisation afin de créer des emplois par la meme occasion. Dans ce contexte, Tullow Ghana a pris une mesure de développement en acquérant le premier navire de mer battant pavillon ghanéen dans le but d’accroître la capacité de l’industrie pétrolière et gazière offshore, réduisant ainsi la dépendance à l’égard des importations. Nous prévoyons une humeur plus positive sur le marché des changes, la pression sur le Cedi étant susceptible de s’atténuer dans les prochains jours.

La nouvelle faiblesse du Rand dépend des données sur l’inflation

Le Rand s’est déprécié par rapport au dollar, s’affaiblissant à 15,36 par rapport à 15,05 à la fin de la semaine dernière, se rapprochant de son creux de 15,50 en 2021, observé en début de janvier. Les investisseurs annoncent une hausse des taux aux États-Unis en 2022 pour atténuer la hausse de l’inflation, ce qui a contribué à stimuler le billet vert. Les problèmes d’électricité en Afrique du Sud se poursuivent, et les coupures d’électricité prévues devraient nuire à l’économie locale. Les perspectives pour le Rand dépendront probablement du résultat des données sur l’inflation de l’Afrique du Sud la semaine prochaine : si le taux est plus élevé que prévu (prévision de 5,2%), alors la monnaie pourrait subir des pressions supplémentaires.

Investissement chinois pour soutenir la Livre égyptienne

La Livre égyptienne a tenu bon contre le dollar à nouveau, se négociant à 15,66/15,76, même si l’inflation a légèrement augmenté. La banque centrale égyptienne a déclaré que l’inflation est passée de 4,8 % en septembre à 5,2 % en octobre. Entre-temps, le pays a signé un accord de coopération économique et technique avec la Chine cette semaine, qui comprendra des subventions chinoises pour financer des projets de développement dans des secteurs prioritaires tels que la santé, l’agriculture, l’éducation et les infrastructures. Nous nous attendons à ce que les entrées de capitaux maintiennent le soutien à la Livre égyptienne à court terme.

Le Shilling kenyan devrait se stabiliser malgré une chute record

Le Shilling a chuté à un creux record par rapport au dollar cette semaine, se négociant à
111,70/111,90 alors que la demande des entreprises pour le billet vert continue de dépasser l’offre. La demande en dollars est stimulée par les importateurs d’énergie en raison de la
hausse continue des coûts du carburant, et par les fabricants en général. Cette hausse de la
demande en dollars intervient dans un contexte de ralentissement des entrées du tourisme et des
exportations agricoles, ce qui exerce une pression accrue sur le Shilling. Face à cette pression,
les réserves de change du pays ont chuté à 9,07 milliards de dollars par rapport à 9,18 milliards de dollars la semaine précédente, bien qu’elles restent suffisantes assurant 5,54 mois de couverture des importations. Dans l’ensemble, nous prévoyons que le Shilling se stabilisera au cours de la
semaine à venir avec le soutien de réserves de change encore suffisantes.

Le renforcement du Shilling ougandais devrait se poursuivre

Le Shilling a encore gagné du terrain par rapport au dollar cette semaine, passant de 3555 à 3530 à la fin de la semaine dernière. Cela est dû à la baisse de la demande de change et aux rentrées attendues des envois de fonds et des investissements transfrontaliers, notamment du premier appel public à l’épargne de MTN Ouganda, ouvert aux investisseurs kenyans et dont la clôture est prévue ce mois-ci. Nous nous attendons à ce que le Shilling continue de s’apprécier au niveau psychologiquement important de 3500, avec le soutien de la Banque d’Ouganda épongeant les dollars excédentaires.

Demande d’exportation pour soutenir le Shilling tanzanien

Le Shilling était stable cette semaine, se négociant à 2297/2307 alors que l’offre en dollars
égalait la demande, stimulée par les entrées d’or et les exportations agricoles. Le secteur minier
de la Tanzanie suscite un intérêt accru de la part des investisseurs étrangers, les multinationales
en Corée du Sud, à Dubaï, en France et en Inde signalant leur intention d’investir dans le secteur
pendant l’Expo 2020 de Dubaï. Compte tenu de la forte demande à l’exportation, nous nous
attendons à ce que le Shilling soit stable au cours de la prochaine semaine.Terry Karanja Treasury Associate, AZA.

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour ,

    Je vois votre site web https://www.financialafrik.com et c’est impressionnant. Je me demande si des options publicitaires telles que des articles d’invité, du contenu publicitaire ou des options de bannière sont disponibles sur votre site ?

    Quel est le prix si nous voulons faire de la publicité sur votre site ?

    À votre santé
    Anto desouza

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here