Hydroxychloroquine: une étude américaine qui change tout

18

Une étude américaine de Détroit bouscule la donne. L’utilisation d’hydroxychloroquine seule et en association avec l’azithromycine est  associée à une réduction significative de la mortalité hospitalière par rapport à l’absence d’hydroxychloroquine. Les résultats de cette étude bservationnelle fournissent des données cruciales sur l’expérience de la thérapie à l’hydroxychloroquine, justifiant des directives provisoires nécessaires pour la pratique thérapeutique du COVID-19.

Sur 2 541 patients , avec une durée d’hospitalisation totale médiane de 6 jours, l’âge médian était de 64 ans (I53-76 ans), 51% d’hommes, 56% afro-américains, avec un temps médian d’hospitalisation de 28,5 jours, les résultats montent que la mortalité globale à l’hôpital était de 18,1% par traitement hydroxychloroquine + azithromycine, 20,1% hydroxychloroquine seule .

La principale cause de mortalité était l’insuffisance respiratoire (88%); aucun patient n’avait de torsades de pointes documentées.

Dans cette évaluation multi-hospitalière, lors du contrôle des facteurs de risque COVID-19, le traitement par l’hydroxychloroquine seule et en association avec l’azithromycine a été associé à une réduction de la mortalité associée au COVID-19. Des essais prospectifs sont nécessaires pour valider ces résultats .

18 Commentaires

  1. N’importe quoi cet article.
    Les conclusions de l’étude sont qu’il y a des bénéfices de l’utilisation de l’azitromicine.
    L’hydroxycloroquine seul augmente la mortalité.
    S’il vous plaît lisez l’étude avant de mettre des titres trompeur.

  2. Peut-être que nos différents hauts conseils scientifiques (ou réputés tels) vont finir pas changer de dogme si ce n’est pas Didier Raoult qui le dit 🙂

  3. “Une étude qui change tout”… quelle naïveté d’écrire ça….
    Surtout que c’est exactement l’inverse de ce que disait raoult qui préconisait l’HCQ + azithromycine UNIQUEMENT en début de traitement, contrairement a cette étude qui étude la mortalité sur des cas sévères.
    Mais c’est vrai qu’il change d’avis comme de chemise cet escroc mythomane…
    Cette étude ne change rien, le soufflé autour de l’HCQ est retombé depuis déjà 2 mois.
    Et c’est pas une étude bidonnée de plus qui va y changer quoique ce soit.

    • Alors à quand, Clad et tes clones, votre grande publication selon votre sublimisme grandeur d’ingénieur du vivant mécanique et statisticien de pot de yaourt ? On attend toujours votre extraordinaire étude qui va bouleverser la médecine et éradiquer le Covid19.

  4. l’étude qui ne change rien.
    Arrêtez de croire au miracle de la chloroquine, c’est une escroquerie de raoult le mytho.
    Grandissez un peu…

  5. Les journalistes encore et toujours largués dès que ça parle de science…
    Cette étude est actuellement en train de se faire démonter par énormément de scientifiques américains.
    L’analyse statistique est ratée (il n’y a aucun biostatisticien parmi les auteurs) et il y a des données suspectes avec des copier coller dans des résultats qui ne le devraient pas.
    Donc un conseil pour vous, par pitié arrêtez de sauter sur chaque article scientifique qui sort comme des chiens affamés (comme Raoult à l’air de le faire), et attendez au moins 1 à 2 semaines avant de faire une news dessus…
    PS: le lien vers la source de l’étude que vous donnez, est déjà mort…

    • Ah et je rajoute aussi qu’il s’agit d’une étude observationnelle, donc évidemment moins pertinente qu’un RCT, alors le titre “une étude qui change tout” c’est non totalement racoleur et trompeur.
      Le jour ou un RCT majeur et validé par les pairs aboutit aux conclusions inverses, là oui vous pourrez titrer “l’étude qui change tout”.

    • N’importe quoi. Elle ne se fait pas démonter du tout c’est même le contraire, à tel point que même les journalistes idéologues sont en train de faire leur mea culpa.

      • Vous avez pas tellement de moyens de le savoir si vous ne faites pas partie des forums de discussions entre scientifiques. Mais même à votre niveau, vous pouvez quand même le constater sur twitter ou pas mal de chercheurs sont présents. Une des auteure qui y est présente s’est même mise à bloquer quiconque lui posait des questions alors qu’elles étaient posées de façon amicales et constructives, et devant l’étendue du tollé et le nombre de biais, elle a verrouillé son compte twitter dans la panique (il n’y avait aucunes insultes…). C’est très probable que l’étude soit rétractée dans les semaines à venir vu comme c’est parti…

        Ah et autre chose pour les obsédés des conflits d’intérêts et théories du complot, des auteurs du papier ont reçu des honoraires de Bayer-Monsanto et Gilead (c’est écrit dans la déclaration d’intérêts). Et l’étude est fiancée par Ford Health System qui participe aussi avec Giliead à plusieurs essais sur le remdesivir 😉

  6. Ah donc ça censure dans les commentaires…
    Visiblement vous n’aimez pas la contradiction argumentée. Je me demande la raison du pourquoi vous avez l’air si confiants de détenir la vérité alors même que vous n’avez pas les compétences scientifiques.

  7. Que Raoult ait raison ou tort, les autres n’ont que tort. Entre la valse de l’OMS et les résultats de Raoult, le choix est vite. Il y a une troisième voie : ne rien faire et laisser les gens mourir sans leur laisser aucune chance éventuelle, probable, possible

  8. Toutes les personnes qui critiquent l’article sont celles qui font de l’épistémologie popperienne un dogme absolu en rejetant toutes les autres épistémologies ou critère de vérité.

    Ils sont dans le « not alternative » des politiques néolibérales qui ont d’ailleurs fait naître l’Evidence Based Medecin afin de donner des arguments d’autorité aux coupes budgétaires sous couvert de lutte contre les dépenses publiques.

    Les prosélytes de l’Evidence Based Practice croient que les Essais Randomisés Contrôlés (hors interaction du terrain) caractérisent le « critère vérité » absolu selon le poppérisme et la « plus haute preuve probante » selon la pyramide de décision par Evidence Based Practice.

    L’Evidence based practice traduit trompeusement par « démarche fondée sur les faits » fait illusion de science par son ERC, ses méta-analyses et ses peer reviews.

    Or, ce n’est qu’une démarche bureaucratique avec ses exigences d’assureur et de vendeur. Le « cliniquement prouvé » c’est de la pub et non de la science. Ça ne donne que des pseudo-faits en écart du réel.

    Les prosélytes de l’EBP sont enfermés dans la caverne de Platon avec leur mode opératoire mathématique abstrait créant des modèles par statistique apriori et diagnostique en écart du réel comme la bible US de diagnostique et de statistique des trouble mentaux ou comme la bible US sur l’apprentissage de la lecture avec les saints neurosciences et cognitivisme.

    Tout ce qui s’écarte, hier comme aujourd’hui, de leur vision du monde comme l’inconscient en psychologie, l’hypnose en thérapie, l’épigénétique en biologie, la méthode globale en pédagogie, l’hydroxychloroquine en médecine… etc est le mal absolu à abattre et à calomnier.

    Le plus drôle, c’est que ce sont les mèmes (sic) qui critiquent sous couvert d’analyse rigoureuse les données statistiques des articles donnant des résultats positifs sur le traitement HCQ-Az qui ont applaudit avec grande ferveur les articles bidons de The Lancet, Recovery et New England dont les protocoles et les statistiques ont été, selon eux, réalisées selon l’art et la manière de la « démarche scientifique ».

    Et après cette débâcle, les anti-Raoult osent encore nous donner des leçons d’analyse et de statistique. lol.

    • On se demande bien ou vous êtes allé cherché que les essais randomisés en double aveugle seraient le critère de vérité absolu ou la plus haute preuve, et qui vous a mis ça dans le crane…
      Les revues systématiques, les méta-analyses et les consensus scientifiques sont encore un cran au dessus, et il faut vraiment ne pas avoir compris comment fonctionne la science pour croire que des choses comme des vérités absolues existeraient en science. La science c’est le doute systématique, donc l’inverse même des vérités absolues.
      Quant à cette étude, il suffit de voir la régression de Cox complètement ratée qui considère qu’un patient de 40 ans a autant de chances de mourir qu’un autre de 60 ans, pour voir qu’elle à un gros problème. Pas besoin de faire toute une logorrhée sur le poppérisme dont la plupart des scientifiques se foutent royalement et ne connaissent même pas…

  9. Avec cette étude, Gilead va peut-être avoir plus de mal à refourguer leur Remdesivir qui coûte une blinde (2340 $ le traitement ) et qui sert à rien à part leur rapporter un max de blé.

  10. rectifiez on ne comprend rien…
    vous n’êtes même pas capable de recopier des resultats : l’étude donne : Les taux de mortalité bruts globaux étaient , 13,5% dans le groupe hydroxychloroquine seule, 20,1% chez ceux recevant hydroxychloroquine + azithromycine, 22. 4% dans le groupe azithromycine seule et 26,4% pour aucun des médicaments… c’est quand meme plus clair là!!! 26%vs 13%… soit reduction de 50% de la mortalité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here