Les indicateurs macroéconomiques marocains indiquent que le pays est prêt à introduire un taux de change flexible, mais le retard de l’introduction n’est pas un problème, a déclaré lundi 10 juillet le Fonds monétaire international (FMI).

Le Maroc, le plus grand importateur d’énergie de la région, a travaillé avec une mission technique du FMI pour libéraliser son régime monétaire après qu’une baisse des prix mondiaux du pétrole a contribué à renforcer ses finances.

Il y a deux semaines, la Banque centrale du Maroc a reporté une annonce prévue de la première phase de la réforme pour  quelques jours. La Banque centrale n’a donné aucune raison pour le retard, mais la semaine dernière, le Premier ministre Saad Eddine El Othmani avait déclaré que le gouvernement avait besoin de nouvelles études  du plan de libéralisation.

Le report de quelques jours ou semaines  n’est pas un problème, a déclaré Nicolas Blancher, responsable de mission pour le Maroc au département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI.

« Le Maroc a été prêt. C’est une décision souveraine et volontaire que les autorités marocaines ont prises dans le cadre d’un long processus d’intégration du pays dans l’économie mondiale », a-t-il déclaré aux journalistes de la capitale marocaine Rabat, après une visite du personnel du FMI au Maroc.

Et de poursuivre : « Nous ne voyons pas une grande exposition au risque, nous avons fait des tests  dans le secteur financier et nous avons vu la résistance de l’économie marocaine aux chocs extérieurs. Il n’y a aucune raison fondamentale pour  le dirham à se déprécier ».

Le Premier ministre marocain a rejeté dans la foulée la spéculation selon laquelle le plan de libéralisation a rencontré des problèmes et a nié des rapports selon lesquels une des raisons du retard était l’épuisement des réserves de change de 4,4 milliards de dollars au cours des deux derniers mois.

Pour  le gouverneur de la banque centrale, Abdellatif Jouahri,  le programme de réforme n’inclurait aucune dévaluation prévue de la monnaie.