Le collectif des avocats de la défense d’Ahmed Ould Mogueya, PDG de la MAURISBANK (finance islamique), incarcéré à titre préventif depuis le 15 janvier dernier, parallèlement à la procédure de mise en liquidation de l’institution, mène actuellement une rude bataille pour lui permettre de bénéficier d’une mesure de libération provisoire en attendant un possible non lieu ou un éventuel procès.

Ainsi, après le double rejet de la requête de la défense allant dans ce sens par le juge d’instruction, puis la chambre d’accusation de la cour d’appel de Nouakchott, s’appuyant sur « la gravité des faits » pour maintenir leur client en détention, maître Moulaye El Ghali et ses confrères ont saisi la cour suprême.
Toutefois, la haute juridiction doit encore attendre avant de pouvoir statuer en référé sur l’affaire. En effet, le Parquet Général a demandé le dossier « pour communication ».