photo-canadaQue ce soit pour étudier ou pour obtenir un contrat de travail, les immigrés sont nombreux au Canada. Il faut dire que le pays met en place des dispositifs pour favoriser l’immigration et entretenir son image de nation « accueillante ».

Par Nicolas Gaiardo, Warning Trading.

Entre les faux papiers d’immigration et les arnaques liées à l’obligation de détenir une autorisation de voyage électronique (AVE) pour entrer sur le sol canadien, les arnaques sont nombreuses. En effet, des sites imitant le site gouvernemental ont été repérés sur le net, facturant ces formalités à un coût plus élevé qu’elles ne le sont réellement.

Un programme d’immigration frauduleux pour le Canada

Ce programme d’immigration proposant aux ressortissants étrangers de bénéficier d’un visa et d’un contrat de travail au Canada piège plusieurs victimes depuis le mois d’avril 2017. Dans le cadre d’une enquête menée par France 24, un utilisateur raconte comment il s’est fait escroquer. L’homme a d’abord été intéressé par une annonce circulant sur les réseaux sociaux intitulée « Programme canadien pour la promotion du développement durable (PCPDD) ». Il a donc fait parvenir sa candidature en envoyant une lettre de motivation, son CV et ses documents d’identité.

Quelques jours plus tard, l’homme reçoit une « attestation d’admission » au programme et une demande de règlement relative aux frais de dossier s’élevant à 379 euros. La rédaction de France 24 qui a réceptionné les documents, précise que la somme devait être versée via Western Union à destination d’un particulier français. Quatre jours après avoir payé, l’homme reçoit un autre email lui demandant de régler une « caution » de 655 euros. Hésitant, il décide de prendre contact avec l’ambassade du Gabon au Canada qui lui confirme que ce programme n’existe pas.

Plusieurs faux sites Internet qui imitent celui du gouvernement

La victime rapporte à France 24, que le site qui l’a piégé finissait par « .ca » comme tous les sites du gouvernement canadien. Il ne s’attendait toutefois pas à se faire arnaquer par quelqu’un en France. Le faux « programme canadien pour la promotion du développement durable (PCPDD) » a déjà piégé d’autres victimes dont la plupart sont africaines. L’annonce circulerait également sur des pages Facebook tunisiennes de recherche d’emploi qui ont pourtant une réputation sérieuse, selon France 24.

Ce type d’annonce existe surtout pour le Canada puisqu’il s’agit d’une destination très prisée par les ressortissants étrangers. Par ailleurs, ces escroqueries s’inspirent généralement de programmes existants, reprenant des appellations officielles. Quelques indices doivent toutefois vous alerter. En effet, la page ne fait souvent référence à aucun site officiel gouvernemental. De plus, il faut savoir que les règlements des frais de dossier pour les visas ne se font pas par l’intermédiaire d’un autre pays. Il est recommandé de prendre contact avec l’ambassade du pays de destination dès que vous avez le moindre doute. Vous pouvez aussi effectuer quelques recherches simples sur Internet, pour voir si le site concerné est signalé comme une arnaque potentielle. Le gouvernement canadien rappelle sur son site que « personne ne peut vous garantir un emploi ou un visa au Canada ». Seuls les agents travaillant dans les ambassades, les hauts commissariats et les consulats sont habilités à vous délivrer un visa et ne vous demanderont « jamais de virer des fonds par l’entremise d’un service privé de virements de fonds entre particuliers ».

Demande d’AVE : attention aux arnaques en ligne

Dans le même registre que les faux programmes d’immigration, il existe une arnaque concernant l’autorisation de voyage électronique (AVE). Les citoyens des pays qui n’avaient pas besoin de Visa pour entrer sur le sol canadien, doivent désormais obtenir une AVE. La démarche peut être faite en ligne sur le site du gouvernement pour le prix de 7 dollars, soit 5 euros. Cependant, lorsque l’utilisateur fait une recherche sur Google, une multitude de sites apparaissent, semblant tous être officiels. Ces sites sont en réalité des agences en ligne qui servent d’intermédiaire et facturent des frais aux utilisateurs. Par exemple, le site avecanada.com propose d’aider les ressortissants à obtenir une AVE contre la somme de 34,90 euros. Or, pour le savoir il faut aller voir en bas de page. Ce type de site est souvent trompeur avec un nom explicite et un drapeau canadien en page d’accueil. Il ne s’agit en réalité que de courtiers basés à l’Île Maurice ou au Kansas se faisant passer pour une agence d’assistance en ligne.
Le seul site officiel pour effectuer une demande d’AVE est celui du gouvernement canadien www.cic.gc.ca.

Ce contenu pourrait également vous intéresser