Entretien exclusif avec Philippe Rocard, Président d’Axa Maroc et Axa CIMA

0
Philippe Rocard : "l'assurance vie n'est pas notre priorité en zone CIMA".

Président d’Axa Maroc et d’Axa CIMA (4 filiales, Côte d’Ivoire, Sénégal, Cameroun et Gabon), Philippe Rocard précise dans cet entretien accordé en marge des 44 èmes assemblées de la FANAF que le groupe entend conforter sa présence en Afrique subsaharienne. 

“l’Afrique est un continent d’avenir”

Comment est organisé Axa CIMA et quelle est son imbrication avec le Maroc ?

Axa CIMA est présent dans les quatre pays les plus importants de la zone CIMA que sont la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Cameroun et le Gabon, qui réalisent  70% de l’activité de la zone. Nous avons choisi de mettre certaines fonctions d’expertise et de contrôle (par exemple le risk management) en commun avec Axa Assurance Maroc de manière à faire diminuer les coûts. Donc, on a un chief compliance officer qui est le même en zone CIMA qu’au Maroc, cela nous permet de réduire les coûts et d’attaquer le marché avec un meilleur niveau de frais généraux.

En mai 2019, le PDG d’Axa, Thomas Buberl, s’est rendu au Sénégal. Peut-on dire qu’à partir de cet événement le groupe a réaffirmé sa volonté de ne pas se désengager de la zone CIMA ?

Non, ce n’est pas un changement de stratégie. Le groupe Axa est présent en Afrique Subsaharienne depuis 130 ans. Nos premiers contrats vendus en Afrique datent de 1890. C’est une longue histoire et c’est encore une longue histoire devant nous.  Ce qui a été important en 2019 et vous avez eu raison de le signaler, c’est la visite du PDG d’Axa, Thomas Buberl, au Sénégal pour sa première tournée en zone CIMA. Il y a découvert des talents et un nombre d’innovations importantes. Par exemple, la possibilité de souscrire son contrat d’assurance automobile avec juste trois photographies, sa carte grise, son permis de conduire et sa carte d’identité.  Il a été très impressionné par ces innovations et par le développement qui est le nôtre, une croissance supérieure à deux chiffres depuis de nombreuses années et un niveau de rentabilité supérieur à celui attendu par le groupe. Donc, munis de tous ces éléments, le nouveau président directeur général d’Axa a considéré que la zone CIMA est un lieu d’expansion et de développement.

Que représente Axa Maroc et CIMA en termes de chiffre d’affaires et de primes ?

En termes de primes, l’ensemble représente plus de 550 millions d’euros de chiffre d’affaires pour les cinq pays.  Ce chiffre d’affaires est historiquement rentable pour les cinq pays. Sur l’ensemble de l’Afrique, nous réalisons à peu près 1 milliard d’euros de primes. Donc, cette partie francophone représente un bon morceau de l’activité Axa sur le continent africain. L’Afrique est un continent d’avenir, avec beaucoup de jeunes et du potentiel. Axa croit en ce potentiel. Nous avons beaucoup investi au Nigeria et en Egypte, nous sommes rentrés dans le capital d’Africa Ré avec une part significative. Tout cela démontre notre volonté d’être présent sur le marché africain, aussi bien sur les pays historiques comme le Maroc et la zone CIMA mais aussi sur les pays à potentiel de développement fort comme le Nigeria et l’Egypte.

Donc, concrètement, il n’est pas question pour Axa de céder tout ou partie de ses filiales historiques  en zone CIMA ?

Tout à fait. Sur les parties incendie et accidents qui sont notre cœur d’activité, représentant 99% de notre activité, il est clair que ce sont là nos priorités. Par contre l’assurance vie n’est pas une priorité pour nous en zone CIMA compte tenu de l’horizon et  des possibilités de placement limités ainsi que des taux et des garanties élevées faits sur cette région. Oui, Axa est présent en zone CIMA, Axa veut se développer dans cette zone mais pas sur tous les sujets.  Sur le Maroc, l’équation est différente, l’assurance-vie est un élément indispensable du chiffre d’affaire et de l’activité. Sur la zone CIMA, compte tenu des nouvelles obligations en termes de capital, l’atteinte de la rentabilité est quasi-impossible. Sur le coup, Axa a fait le choix de se concentrer sur là où il y a des perspectives de développements forts, là où il y a des compétences, c’est à dire les branches incendie, accidents et grands risques. Nous avons à cet effet acquis en 2018  le groupe XL qui fait d’Axa le leader mondial d’assurance dommages des entreprises. Cette expertise est maintenant disponible pour Axa CIMA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here