Guinée : le consortium SMB-WAP-UMS annonce la reprise de ses activités

0

Le consortium SMB-WAP-UMS annonce la reprise de ses opérations ce mercredi 16 mai après un arrêt temporaire de ses activités en raison de blocages illégaux et intempestifs sur ses différents sites depuis le 6 mai 2018. Le consortium souligne que les personnes à l’origine des troubles ne sont ni des employés, ni des syndicalistes représentatifs des centrales actives au sein de l’entreprise, ni même des habitants des communautés et de la ville de Boké.

Le consortium réaffirme que le dialogue social et le respect des travailleurs et de leurs représentants élus ont toujours été au cœur de ses valeurs et de son projet pour la Guinée. En tant qu’acteur majeur du secteur de la bauxite en Guinée, le consortium contribue au développement économique et social du pays, avec la création de plus de 7 500 emplois directs et de plus de 10 000 emplois indirects depuis 2014.

Depuis le début du mois de mai, des actions de blocage parfois violentes et des menaces individuelles ciblées ont été commises et ont contribué à un fort climat d’instabilité et d’agitation sociale avec des conséquences non négligeables sur l’ordre public et l’activité économique dans la région. Le consortium a dû procéder à des fermetures partielles de ses sites, notamment pour des raisons de sécurité de ses employés et de protection des infrastructures. Toutes les tentatives concertées de sortie de crise ont été bloquées par les agitateurs, ce même après la signature d’un protocole par les représentants syndicaux des entreprises du consortium (SMB, WAP et UMS).

Les sous-traitants, prestataires de services et commerçants qui dépendent des activités du consortium pour leur niveau de vie sont les premières victimes de ces troubles, comme en témoigne l’importante mobilisation organisée par les femmes, les jeunes et les notables de Boké en date du samedi 12 mai pour appeler à la reprise du travail sur les sites du consortium.

Face à la montée des violences, l’État guinéen a décidé de procéder à des interpellations pour la protection des habitants et des infrastructures et afin de permettre la reprise des activités économiques dans la région de Boké. Des contingents supplémentaires de forces de l’ordre ont été envoyés pour rétablir et maintenir le calme dans la région. En conséquence, sous l’impulsion du Ministre des Mines et de la Géologie M. Abdoulaye Magassouba, de l’Inspecteur Général des Mines et de l’Inspecteur Général du Travail, le consortium annonce la reprise de ses activités dès mercredi 16 mai 2018.

« Depuis le début des troubles, le consortium a appelé au calme et a choisi de fermer les sites pour la protection des employés et des infrastructures tout en restant à l’écoute des différentes revendications, déclare Frédéric Bouzigues, Directeur général de la SMB et administrateur de Winning. Nous avons toujours su que les actes de violence commis ne pouvaient être le fait des employés du consortium notamment avec le Collège des Délégués syndicaux avec qui le dialogue social est permanent. Ces actes ont débouché sur une situation de blocage extrêmement pénalisante pour les populations. Maintenant que le calme est rétabli, nous appelons l’ensemble des collaborateurs du consortium à reprendre immédiatement le travail. »

À propos du consortium SMB-WAP-UMS
Fondé en 2014, le consortium SMB-WAP-UMS regroupe trois partenaires mondiaux dans les domaines de l’extraction, de la production et du transport de bauxite : le singapourien Winning Shipping Ltd, armateur asiatique de premier plan ; UMS, une société de transport et de logistique présente en Guinée depuis plus de 20 ans ; Shandong Weiqiao, une société chinoise leader dans la production d’aluminium, forte de 160 000 employés et d’un chiffre d’affaires annuel de 45 milliards de dollars US. L’État de Guinée, partenaire et membre du consortium, est actionnaire de la Société Minière de Boké à hauteur de 10%. Depuis sa création, le consortium a investi plus de 1 milliard de dollars US dans ses activités extractives dans la région de Boké. Le consortium, qui emploie directement plus de 7 500 personnes, a également construit et gère deux terminaux fluviaux.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here