Sénégal: avis de tempête sur CBAO-Attijariwafa Bank

3

Raghni CBAOL’affaire Aida Ndiongue, du nom de cette sénatrice libérale, présumée détenir une fortune suspecte, éclabousse la respectable CBAO-Attijariwafa Bank .  C’est dans 28 comptes  bancaires  domiciliés  par  cette institution (et non 3 comptes selon les informations initiales transmises par la banque aux enquêteurs) que  résideraient les 47,6 milliards de FCFA dont le procureur de la république a fait l’état devant la presse.  

Dans ce cadre, 6 responsables de la vénérable institution ont été entendus  par la section de Recherche de Dakar. Absent du Sénégal, le PDG de la banque, Abdelkarim Raghni (injoignable au téléphone  en dépit de plusieurs tentatives de Financial Afrik) devrait être entendu dés son retour au Sénégal pour rétention présumée d’informations.  

Membre du Parti démocratique sénégalais (PDS), Aida Ndiongue, personnalité politiquement exposée (PEE)  a été placée sous mandat de dépôt le 17 décembre dernier à la prison pour femmes du Camp pénal.  Il est reproché à CBAO-Attijariwafa Bank et à quelques institutions de la place de ne pas avoir fait suivi la procédure normale de déclaration de soupçon adressée à la Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF).   

 

3 Commentaires

  1. Votre journal devrait signaler que Raghni n’en est pas à son premier forfait. Il a fait plusieurs mois de prison au Maroc quand il était directeur de l’une des plus grandes banques publiques du Maroc, le CIH (voir scandale CIH sur Google). Poursuivi pour dilapidation publique et corruption, Il n’ a été ” blanchi” que grâce à l’intervention des quelques hauts fonctionnaires de sa belle famille bien placés. Il est actuellement entendu par la police dans une deuxième affaire CIH dans laquelle une cinquantaine de hauts cadres du CIH, Crédit Immobilier et Hotelier, sont poursuivis, dont l’ex président directeur général. Corrompu il est, corrompu il restera, jusqu’au jour il finira par tomber. Le crime (financier) ne paie pas

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here