Tunisie: des emprunts obligataires pour canaliser l’épargne de la diaspora

0

Tunisie diasporaPour optimiser le transfert de l’argent des tunisiens  résidents à l’étranger, la Banque Centrale de Tunisie (BCT)  étudie  la possibilité de lancer des emprunts obligataires dédiée  uniquement  à la  population immigrée  pour le compte de l’Etat.

En attendant, le  coût du transfert d’argent des migrants tunisiens équivaut à  13%  du montant transféré.  Exorbitant, estime  la  banque centrale de Tunisie qui a initié plusieurs réformes depuis le début de l’année pour baisser les coûts de transfert.

Parmi ces réformes, la demande faite aux banques de supprimer les clauses d’exclusivité contenues dans les contrats entre les sociétés internationales de transfert d’argent et les opérateurs tunisiens (banques et postes, essentiellement).  La suspension de ces clauses brise le monopole sur les opérations de transfert.

Pour les experts, d’autres mesures s’imposent comme l’ouverture du marché des transferts à la concurrence et à la modernisation afin de diversifier l’offre du service.  L’usage du ‘’mobile banking’’ et le e-banking’’

Les  envois des tunisiens de l’étranger  représentent 5% du PIB  et près de 29% de l’épargne nationale (en 2012). Les migrants tunisiens représentent 10% de la population, soit quelques 1,1 million. Le rythme du transfert s’est plutôt bien maintenu en dépit des crises dans les pays d’accueil et contrairement aux  entrées de  devises provenant des IDE et du tourisme.

Estimés à 3, 539 millions de dinars (1 dinar=0, 48 Euro), en 2012, contre 2,822en 2011, les envois d’argent des migrants ont enregistré une progression de plus de 25%.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here