Le groupe marocain Addoha va amorcer un virage dans ses investissements en Côte d’Ivoire avec un important projet agro-industriel dans la riziculture. En visite à Abidjan, le président du groupe, Anas Sefrioui, a annoncé au premier ministre ivoirien son projet de produire 125 000 tonnes de riz par an dans le pays.

« Dans l’agriculture, notre objectif est de nous lancer (…) sur une production d’à peu près 100 à 125.000 tonnes de riz par an. C’est un investissement très important qui aura pour conséquence à peu près 2.500 emplois » a-t-il déclaré à la presse après la rencontre avec Gon Coulibaly.

Anas Sefrioui s’est montré très optimiste et évoque un investissement « très important » sans donner de détails sur la localisation du projet, ni sur la date de démarrage. C’est le second projet de ce type dans la région ouest africaine où Addoha porte un projet similaire, au Sénégal, estimé à 75 milliards FCFA, (soit un peu plus de 114 millions d’euros) pour une production de 115 000 tonnes de riz paddy.

En force dans la cimenterie et l’immobilier

Ce nouveau projet vient s’ajouter à la cimenterie et à l’immobilier, deux secteurs où Addoha engage d’importants investissements depuis le début de la décennie. En effet, après sa cimenterie d’Abidjan (1 million de tonnes), le groupe vient d’achever son second projet cimentier dans la ville portuaire de San Pedro, également d’une capacité de 1 million de tonnes. Et une troisième usine est prévue à Bouaké, au centre du pays, où Addoha compte produire 500 000 tonnes de ciment supplémentaire.

Au niveau de l’immobilier, Addoha engagé sur des chantiers portant au total sur près de 10 000 logements, annonce les premières livraisons dès le premier trimestre 2018. « Nous avons pu avoir avec nos partenaires bancaires des crédits acquéreurs sur 20 ans (…) pour les ménages ivoiriens », s’est félicité Sefrioui.