La communication reste la voie royale pour convaincre une clientèle réticente.

Au Togo, le chiffre d’affaires cumulé des sociétés d’assurances pour 2016 a atteint la barre des 53 milliards de F CFA (environ 89 millions de dollars), contre 48 milliards l’année précédente. Soit une hausse d’environ 10% par rapport à 2015.

C’est encore modeste comparé à d’autres pays, reconnait Claude Daté Gbikpi, le président du Comité des assureurs du Togo (CAT). L’objectif étant de faire doubler ces chiffres sur le court ou moyen terme. Toutefois, le secteur a fait une belle prouesse depuis 2006, lorsque le chiffre d’affaires total du marché se situait à 16 milliards. L’arrivée début 2017 d’un nouvel acteur, Saham Assurance Vie, devra faire  évoluer ces chiffres en fin d’exercice.
Faible pénétration
Mais la croissance des chiffres des assureurs ne traduit forcement pas une forte adhésion de la part des populations. Pour preuve, le taux de pénétration reste très marginal, et le secteur contribue encore peu à l’économie – les sociétés d’assurance ont payé près de 2 milliards d’impôt en 2016.
Une situation due, entre autres, à un faible pouvoir d’achat des populations, et à une méfiance vis-à-vis de l’activité. En effet, le poids de la culture n’est pas de nature à faire bouger les choses, malgré une communication engagée par les professionnels (Cf Financial Afrik N° 37 du 15 février 2017).