img_6453-1.jpg
Le discret Faure Gnassingbé vient une fois encore de surprendre son monde. Par décret pris ce lundi en conseil des ministres, il annonce un remaniement technique de son gouvernement, avec à la clé, la promotion de Sani Yaya au poste de « ministre de l’économie et des finances », en remplacement d’Adji Otèth Ayassor aux affaires depuis 2007.
Ce décret vient donc mettre fin à 9 années de fonctions d’un ministre qui s’est fait autant d’ennemis que d’admirateurs. Artisan de plusieurs réformes économiques et financières, dont la fusion des deux régies financières – douanes et impôts pour donner naissance à l’Office togolais des recettes en 2014, le sexagénaire, seul ministre d’Etat au premier gouvernement de la troisième mandature du président togolais, est cité dans plusieurs scandales financiers dont les plus récurrents sont relatifs au financement des travaux routiers.
L’histoire retiendra que c’est sous sa gestion que le Togo est parvenu en 2010 au point d’achèvement de l’initiative PPTE (Pays Pauvre Très Endetté), et a progressé de 15 rangs dans le rapport Doing Business 2015, contre 2 au classement précédent.
Ancien directeur de l’audit d’Ecobank Transnational Incorporated et ancien directeur général de la Banque togolaise pour le commerce et l’industrie (BTCI), Sani Yaya était jusque-là, le ministre délégué auprès du ministre des finances, chargé du budget. Il devra apporter une nouvelle touche à la gestion de la finance publique.

 

Par Nephthali Messanh Ledy

Share Button