Les actifs extérieurs nets des banques égyptiennes devraient continuer à se redresser après la dévaluation de la livre égyptienne, selon l’agence de notation Fitch Ratings. La raison en est le retour de confiance des investisseurs étrangers grâce à un régime de taux de change plus flexible et à un nouveau programme mis en place par le Fonds monétaire international (FMI). La Banque centrale d’Égypte (CBE) a procédé, le 21 mars dernier, à la dévaluation de la monnaie locale de 17 % et relevé son taux directeur de 100 points de base pour lutter contre l’inflation. Des mesures, qui selon Fitch,


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis