Par Mamadou Aliou Diallo 

pomme-cajou-anacarde-senegal

Ce financement de la Banque Africaine de Développement (BAD) qui va être accordé au Burkina Faso s’inscrit dans le cadre du projet d’appui au développement de l’anacarde dans le bassin de la Caloé, pour le compte du programme REDD+ (PADA/REDD).

La signature du protocole d’accord de don et d’un accord de prêt de plus de 2,28 milliards de FCFA devrait intervenir ce vendredi 24 mars entre la ministre burkinabé des finances Hadizatou Rosine Coulibaly et Antoinette Batumubwira, la représentante résidente de la Banque Africaine de Développement (BAD) au Burkina Faso.

Selon le ministère burkinabé des finances, l’objectif du projet PADA /REDD+ dont la date butoir d’exécution court jusqu’en 2022, est à double portée : contribuer à la réduction de la pauvreté en milieu rural, à la réduction de la déforestation et la diminution des émissions des gaz à effet de serre, l’anacarde étant une plante à capacité de séquestration du carbone.