Après le limogeage par décret daté du 1er février 2019 de Hassoumi Massaoudou, ministre des Finances, remplacé au pied levé par Mamadou Diop, jusque là vice-gouverneur de la BCEAO, la voie se dégage pour le puissant Mohamed Bazoum, candidat probable mais encore non déclaré pour les présidentielles de 2021. Mais, c’est clair, le ministre de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses n’a théoriquement plus d’obstacles sur son chemin. Ce fils du grand désert, membre de la tribu arabe des Ouled Slimane, à cheval dans le sud de la Libye, le nord du Tchad et


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis