Entretien avec Jad Ariss, CEO d’AXA Golfe, Moyen Orient et Afrique

1

«En 2015, le chiffre d’affaires des activités d’AXA en Afrique s’est élevé à 676 millions d’euros»

 

imageVenu participer à l’Africa Ceo Forum qui se tient les 20 et 21 mars à Abidjan et dont son groupe est l’un des sponsors leaders, Jad Aris, CEO d’Axa pour le Golfe, Le Moyen-Orient et l’Afrique, s’est entretenu avec Financial Afrik. Exclusif.


 

AXA est un acteur mondial de l’assurance, présent depuis longtemps en Afrique. Pouvez-vous nous dire quelles sont vos implantations actuelles?


 

 

Avec 7 400 employés et agents, le Groupe AXA est actuellement présent dans 8 pays du continent africain : l’Algérie, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, l’Egypte, le Gabon, le Maroc, le Nigéria et le Sénégal. AXA voit au-delà des intérêts économiques en Afrique et s’engage dans le développement du continent africain à travers trois axes stratégiques : des partenariats avec des institutions africaines et mondiales, la promotion de la micro-assurance et l’investissement dans des projets d’avenir, tels que le développement des infrastructures. En 2015, le chiffre d’affaires des activités d’AXA en Afrique s’est élevé à 676 millions d’euros.

 


 

Quelle est la stratégie du Groupe AXA en Afrique?


 

Notre stratégie s’appuie sur nos filiales locales, actives sur les marchés de l’assurance dommages, de l’assurance santé et de l’assurance vie. Nous souhaitons également exploiter les possibilités que nous offre la présence d’AXA Assistance et AXA Corporate Solutions, entité d’AXA dédiée aux grands risques, sur le continent. Notre objectif n’est pas d’être présent dans tous les pays, mais de nous concentrer sur les pays où nous pouvons croître rapidement et où nous pouvons atteindre des parts de marché significatives. Par ailleurs, nous mettons en place différents partenariats pour accélérer notre développement.

 

Je suis également fier d’être ici en Côte-d’Ivoire, pays dans lequel nous sommes établis depuis longtemps et où nous avons construit une activité robuste, grâce au travail de Roger Boa Johnson et de son équipe

 

 

Le partenariat que nous avons signé avec l’IFC-Banque Mondiale est un bon exemple de cette approche. Ce partenariat cible notamment l’Afrique car le secteur de l’assurance joue un rôle crucial dans le développement de l’innovation, du secteur privé et de l’économie. Il vise à encourager le développement de l’assurance dans ses trois composantes – prévenir, protéger, réparer – dans les pays émergents grâce à des risques mieux couverts, des investissements de long terme et des campagnes de prévention. Nous souhaitons également développer notre offre de micro-assurance, avec MicroEnsure, un courtier qui se développe en particulier dans l’assurance par smartphone et permet d’atteindre des populations très larges, à des coûts très bas.


 

Pouvez-vous nous parler des derniers investissements importants du Groupe AXA en Afrique?


 

En 2014, AXA a fait son entrée sur le marché Nigérian avec l’acquisition de Mansard,maintenant le 3ème assureur du pays. En 2015, AXA a acquis en Egypte Commercial International Life Insurance Company (« CIL »), le 3ème acteur sur le marché vie et a noué un accord de bancassurance exclusif de dix ans avec Commercial International Bank, la première banque du secteur privé en Egypte. Par ailleurs, le Groupe a pris une participation de 7,15% dans African Reinsurance Corporation («Africa Re»), la principale société de réassurance en Afrique, et a récemment annoncé un investissement de 75 millions d’euros dans Africa Internet Group (« AIG »), un leader du e- commerce en Afrique. AXA deviendra également le fournisseur exclusif de produits et services d’assurance de la plateforme Jumia et des autres plateformes en ligne et mobiles d’AIG. 4.

 


 

Le Groupe AXA est cette année, un des sponsors leaders de l’Africa CEO Forum. Quelle signification pour cette première et importante participation?


 

 

L’Africa CEO Forum constitue l’occasion de renforcer et d’étendre l’écosystème d’AXA sur le continent, non seulement sur les marchés où nous sommes présents aujourd’hui, mais également dans les autres pays. Nous sommes particulièrement heureux de parrainer cette 4ème édition du Forum en Côte- d’Ivoire, pays dans lequel nous avons une forte présence locale, et de contribuer ainsi au succès de ce Forum. Nous souhaitons établir au cours de ce Forum des contacts qui nous seront utiles pour l’avenir, afin de poursuivre le développement de notre activité et d’accompagner le développement économique du continent africain.


 

Quelles sont pour vous, les opportunités du Groupe AXA en Afrique?


 

 

L’Afrique est un marché d’avenir pour les assureurs. Tout d’abord, c’est un continent avec une importante croissance démographique. Au Nigeria, par exemple, la population devrait croître de 182 millions d’habitants aujourd’hui à près de 400 millions en 2050. La Banque Mondiale prévoit que, sur les 10 milliards de personnes dans le monde en 2060, 2,8 milliards vivront en Afrique! Par ailleurs, les fondamentaux économiques sont prometteurs et le climat politique est en amélioration. Ces facteurs devraient mener à un taux de croissance annuel de plus de 4% par an durant  les prochaines années, en dépit de la baisse du prix du pétrole et des matières premières. Ensuite, la pénétration de l’assurance en Afrique est faible : moins d’un pour cent dans les pays d’Afrique subsaharienne (Afrique du Sud exclue). Enfin, nous avons un historique solide sur le continent : AXA a établi une forte présence en Afrique, grâce à l’excellent travail de nos équipes locales. Je me trouvais récemment au Nigeria et ai été impressionné par la qualité de l’équipe que notre directeur général Tosin Runsewe a construite. Je suis également fier d’être ici en Côte-d’Ivoire, pays dans lequel nous sommes établis depuis longtemps et où nous avons construit une activité robuste, grâce au travail de Roger Boa Johnson et de son équipe. Le travail des équipes d’AXA en Afrique nous a permis d’acquérir une solide connaissance des marchés africains. A l’avenir, notre objectif est de capitaliser sur ces connaissances pour contribuer au développement à la fois du secteur de l’assurance et de l’économie en général sur le continent.

 

 

 

Article précédentL’Africa CEO Forum, le nouveau Davos africain
Article suivantBénin : Zinsou surprend !

Directeur de publication de Financial Afrik. Dans la presse économique africaine depuis 17 ans, Adama Wade a eu à exercer au Maroc dans plusieurs rédactions. Il Capitaine au Long Cours de la Marine Marchande et titulaire d’un Master en Communication des Organisations, Adama Wade vit entre Nouakchott et Dakar.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here