Le 31e sommet de la Ligue Arabe devait avoir lieu en mars mais a été reporté sine die sous fond de profondes divergences idéologiques et diplomatiques. Les pays du Golfe tiennent à en fixer l’agenda ligne par ligne au grand dam de l’Algerie du Président Abdelmadjid Tebboune qui souhaite mordicus inscrire certaines questions dans l’ordre du jour. Il s’agit notamment de la guerre au Yémen, de la question syrienne (pays suspendu de la Ligue Arabe) et last but not least de la normalisation engagée par plusieurs pays arabes avec Israël. Afin d’éviter que la “Conférence d’Alger” ne se transforme en


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis