Alassane Ouattara se prononce sur l’acquittement de Laurent Gbagbo

2
Le président ivoirien Alassane Ouattara (d) et son prédécesseur Laurent Gbagbo (g)

Dans un communiqué publié ce mercredi, le président ivoirien Alassane Ouattara et son gouvernement ont réagi à la décision portant acquittement et libération immédiate de l’ex-président Laurent Gbagbo et de l’ancien leader des Jeunes Patriotes, Charles Blé Goudé.

Signé par Sidi Tiémoko Touré, le ministre de la Communication et des Médias, par ailleurs porte-parole du gouvernement, le texte indique que « des manifestations localisées de joie, d’une part et de désapprobation, d’autre part, ont été constatées dans certains quartiers d’Abidjan et quelques localités de l’intérieur du pays » dans les heures qui ont suivi la décision.

« Le Gouvernement prend note de la décision rendue par la Cour Pénale Internationale » et « de la décision du Procureur de la CPI de faire appel de cette décision », ajoute-t-il.

« Dans ces circonstances, le Chef de l’Etat et le Gouvernement ont une pensée pour les victimes et les assurent de leur soutien. Des mesures additionnelles seront prises au plan matériel et financier, en faveur des victimes de la crise post-électorale, en vue de les soutenir davantage », annonce l’exécutif. Et de souhaiter que « cette décision aille dans le sens de la décrispation dans notre pays, telle qu’engagée par le Président de la République, Alassane Ouattara, à travers les actes forts qu’il a initiés dans le sens de la paix et de la réconciliation ».

Par ailleurs, Alassane Ouattara et son équipe « réitèrent leur volonté de consolider la paix, la cohésion nationale et le développement de notre pays », avant d’appeler l’ensemble des populations au calme, au pardon et à la réconciliation. « La Côte d’Ivoire a besoin de paix pour faire face aux défis de son développement économique et social afin de continuer d’améliorer les conditions de vie de tous les Ivoiriens », conclut la déclaration.

En détention depuis 7 ans, l’ex-président et l’ancien leader des Jeunes Patriotes avaient été acquittés mardi 15 janvier de crimes contre l’humanité. Selon la chambre de première instance de la CPI, « l’accusation ne s’est pas acquittée de la charge de la preuve conformément aux critères requis » par la justice internationale.

De même, la requête déposée ce mercredi par les procureurs demandant le maintien des deux hommes à la Haye a été rejetée, actant ainsi la libération sans conditions de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé qui faisaient l’objet de poursuites concernant leur rôle dans la gestion de la crise postélectorale de 2010-2011.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here