En dépit d’un bond de 39% en 2021 pour accrocher la barre des 250 milliards de dollars d’émissions, les obligations Islamiques (Sukuk) peinent à se convertir aux normes ESG (Environnement, Social et Governance). Seulement 2% de l’encours global des émissions répond à ces normes contre 6,5% au niveau global.  Pourtant au début du mois de février 2022, le marché financier mondial a frémi à l’annonce du Sukuk durable ESG de la Riyad Bank d’Arabie saoudite pour un montant de 750 millions de dollars. Cette obligation halal et durable  a été sûr souscrite 4,3 fois avec une demande culminant à 3,2 milliards


Ce contenu est réservé aux membres Premium du site. Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.
 

Connexion pour les utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis