La 37ème Réunion du Conseil des Ministres et des Gouverneurs des Banques Centrales de la Zone Monétaire Ouest Africaine (ZMAO) vient de s’ouvrir dans la capitale Sierra Léonaise. La Guinée et l’ensemble des pays membres vont durant 8 jours de retraite à Freetown évaluer l’évolution du projet de monnaie commune et de la mise en œuvre du Programme de Coopération Monétaire de la CEDEAO.

 

Cette rencontre à laquelle prend part l’Institut Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (IMAO), sera mise à profit pour évaluer l’état de la mise en œuvre de la feuille de route du programme de la monnaie unique de l’organisation régionale, la stabilité du secteur financier au sein de l’espace monétaire,  les taux de change au sein des Etats membres ou encore le système de paiement de la ZMAO.

 

Malado Kaba, Ministre guinéenne de l’économie et des finances, et présidente sortante du Conseil de Convergence a dans son discours d’ouverture fait l’état des lieux sur le respect des engagements des pays membres par rapport au projet de monnaie unique de la ZMAO.  «Dans notre zone, la situation globale n’est malheureusement pas très reluisante. En effet, selon les estimations de l’IMAO, la croissance du PIB réel moyen devrait se contracter à 0,6% en 2016 contre 2,8% il y a un an. Le taux moyen d’inflation de la  zone a atteint 15,4% à fin juin 2016, contre 10,2% à fin juin 2015. » a t-elle alerté.

 

Malado Kaba  estime que la politique budgétaire dans la Zone a certes poursuivi globalement un objectif d’assainissement des finances publiques, mais la plupart des Etats membres ont enregistré des déficits budgétaires significatifs avec une masse monétaire de la Zone, exprimée en dollar, qui s’est contractée de 15,5% en juin 2016, contre -8,7% en juin 2015, reflétant, selon elle, en partie la forte dépréciation des monnaies des pays membres.

 

«Ces performances mitigées impactent nos résultats en matière de respect des critères de convergence macroéconomique de premier rang. On observe en effet qu’à fin juin 2016, seul le Libéria a respecté les quatre critères. La Guinée et le Nigéria ont, respecté, chacun, trois critères, le Ghana en a respecté deux, tandis que la Gambie et la Sierra Leone n’ont respecté qu’un seul critère. Au niveau des critères de second rang, trois pays (Ghana, Liberia, Sierra Leone) ont respecté leurs engagements. Les trois autres pays (Nigeria, Gambie et Guinée) ont respecté un critère» a precisé Malado Kaba.

Par ailleurs, Mme Kaba pense qu’à ce stade et au regard de ces résultats, la proximité de l’échéance de l’avènement de la monnaie unique de la CEDEAO interpelle fortement. «Nous devons donc intensifier nos efforts pour que les résultats soient tangibles et soutenus afin d’engager plus fermement nos économies dans une spirale vertueuse pour l’atteinte, à l’horizon 2020, des objectifs fixés dans la Feuille de route de la monnaie unique de la CEDEAO dont le programme de la ZMAO est un des maillons essentiels » a-t-elle expliqué.

 

La monnaie unique de la CEDEAO, approuvée et adoptée lors de la 24ème réunion du Conseil de convergence des ministres et gouverneurs de la Zone monétaire ouest-africaine (ZMAO) et l’Union monétaire de la CEDEAO, prévoit la mise en œuvre du programme en 2020, avec l’établissement d’une Banque centrale de l’organisation, préalable  à la mise en circulation de cette monnaie.

Mamadou Aliou Diallo 

Ce contenu pourrait également vous intéresser