civile

L’Union Africaine (UA) avance à grand pas sur son projet de création d’un marché unique du transport aérien en Afrique (SAATM). En session ordinaire les 13 et 17 mars à Lomé (Togo), le Comité Technique Spécialisé (CTS) de l’UA a évalué les progrès accomplis par les pays signataires de ce projet.

Il s’est trouvé que les résultats sont rassurants et que l’UA pourrait lancer le projet lors de la Conférence des chefs d’Etats et de gouvernements en juin prochain à Addis-Abeba en Éthiopie.

Visant la libéralisation de l’aviation civile en Afrique comme catalyseur du programme d’intégration économique du continent, le marché unique du transport aérien fait partie des projets phares de l’agenda 2063 de l’UA.

A cette occasion, les experts de l’UA ont appelé tous les pays à y adhérer pour permettre une amélioration totale des liaisons aériennes, en assurant le développement durable du transport aérien en Afrique et sa contribution à la croissance économique, la création d’emplois et l’intégration du continent.

Ce marché unique garantirait les droits de base du consommateur avec un mécanisme de règlement des différends par un processus de négociation et d’arbitrage à travers une commission de recours et un tribunal qui seront mis en place.

L’initiative a été prise par la conférence des chefs d’Etats et de gouvernements en adoptant en 2015 la Déclaration de création du SAATM et en s’engageant à appliquer la Décision de Yamoussoukro.

La Décision de Yamoussoukro abroge la restriction à la propriété et permet la libéralisation totale des fréquences, des tarifs et de la capacité. Elle prévoit aussi des critères d’éligibilité du transporteur, les normes de sécurité et de sûreté, les mécanismes d’une concurrence saine et la protection du consommateur.

Au total, ils sont 11 pays à avoir signé la Déclaration de création du SAATM. Il s’agit du Bénin, du Cap Vert, du Congo, de la Côte d’Ivoire, de l’Egypte, de l’Éthiopie, du Kenya, du Nigeria, du Rwanda, de l’Afrique du Sud et du Zimbabwe. L’engagement reste cependant ouvert à l’intégration d’autres Etats.