La Banque mondiale approuve un nouveau cadre de partenariat avec la Guinée-Bissau

0

Le Groupe de la Banque mondiale a approuvé aujourd’hui son nouveau cadre de partenariat avec la Guinée-Bissau pour 2018-2021, ce qui constitue la première stratégie d’aide complète élaborée pour ce pays depuis 1997.

« Avec ce nouvel engagement, le Groupe de la Banque mondiale a pour objectif de long terme d’aider la Guinée-Bissau à atteindre le double objectif de réduire la pauvreté et de mieux répartir les richesses tout en tenant compte d’un contexte à haut risque », indique Louise Cord, directrice des opérations de la Banque mondiale pour la Guinée-Bissau.

« Le cadre de partenariat du Groupe de la Banque mondiale avec la Guinée-Bissau consiste en un programme d’activités sélectif et flexible. Il s’agit principalement d’accroître l’accès de la population à des services essentiels de qualité et à plus de débouchés économiques ainsi qu’à renforcer la résilience aux chocs. La Guinée-Bissau étant un pays fragile, le Groupe de la Banque mondiale devra traiter les problèmes de mise en œuvre de manière innovante et stratégique. Nous nous attacherons avant tout à améliorer les services et les perspectives économiques en dehors de la capitale (zones rurales et villes secondaires), tout en consolidant les investissements déjà financés par le Groupe à Bissau », explique Kristina Svensson, représentante résidente de la Banque mondiale.

Le Groupe de la Banque mondiale s’efforcera également de renforcer l’exercice des missions fondamentales de l’État en utilisant des instruments fondés sur les résultats pour générer des incitations au changement. De même, afin d’améliorer la qualité des services publics, il soutiendra et collaborera avec les collectivités et les citoyens pour renforcer directement la demande venant de la base, ainsi que les mécanismes de responsabilisation de l’administration.

« Notre institution sera davantage présente sur le terrain, ce qui favorisera une collaboration plus efficace au sein du Groupe et une meilleure coordination avec les partenaires de développement, dont notamment les organismes des Nations Unies », souligne Louise Cord.

Le nuveau cadre de partenariat-pays (a) repose sur les conclusions du diagnostic systématique (a) réalisé par le Groupe de la Banque mondiale en 2016 et sur une évaluation de la fragilité effectuée en 2015 (a). Il est également le fruit d’une série de consultations avec les autorités du pays, mais aussi le secteur privé, la société civile et les partenaires de développement.

Le cadre de partenariat avec la Guinée-Bissau vient soutenir le plan de développement national défini par le gouvernement élu en 2014 et baptisé Terra Ranka (« nouveau départ »). L’enveloppe de financements allouée à la Guinée-Bissau dans le cadre de la 18e reconstitution des ressources de l’Association internationale de développement (IDA-18) devrait pratiquement doubler par rapport à celle consentie au titre d’IDA-17 (42 millions de dollars).

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here