Le Conseil National du Patronat de Mauritanie (CNPM) se dirige vers le renouvellement de ses  instances, avec notamment l’élection d’un nouveau président, attendu au début de l’année 2017.
 L’actuel  patron des patrons en Mauritanie, Ahmed Baba Ould Aziz El Mamy, est aux commandes depuis 2011, alors que le mandat statutaire du président de l’UNPM est de 3 années.
Une non-tenue des élections aux échéances légales de l’année 2014 à l’origine de la forclusion du bureau exécutif de l’organisation patronale.
A l’origine de cette situation, les retards de cotisations de plusieurs fédérations.
 A l’exception de Celle du tourisme, toutes les autres fédé  sont désormais à jour du point de vue de leur participation financière au coût de fonctionnement de l’instance faitière.
Ainsi, l’élection du nouveau bureau de l’UNPM devrait intervenir en février/mars 2017.
Une échéance par rapport à laquelle on évoque  dans les coulisses 2 candidatures.
Il s’agit du président sortant, Ahmed Baba Ould Aziz El Mamy, qui bénéficie  du soutien de plusieurs membres du bureau actuel, favorables  à sa reconduction.
Face au président sortant de l’UNPM,  Isselmou Ould Tajidine, le Président Directeur Général (PDG) de la Banque Internationale pour le Commerce (BCI),  un autre poids lourd  du milieu des affaires en Mauritanie, qui aurait les faveurs du pouvoir.
 D’où une rude bataille en perspective.
L’actuel président de l’UNPM entretient des rapports heurtés  avec les autorités depuis prés de 2 ans.
A l’origine du froid, un discours prononcé par le président de l’UNPM à l’occasion de la journée nationale de présentation du rapport « DOING Business » 2016 de la Banque Mondiale (BM), à travers  lequel  il dénoncé « l’ingérence inadmissibles » des autorités dans le renouvellement des instances de plusieurs fédérations : Commerce, Bâtiment et Travaux Publics (BTP), élevage et  agriculture.
Il s’en suivit une guerre médiatique entre le premier ministre, Yahya Ould Hademine  et le président Ahmed Baba Ould Azizi El Mamy.
AS.
Share Button