img_6096.jpg

(Actualisé le 29 juin 2016 à 21h 15 GMT). Ecobank Asset Management a lancé, le 22 juin, un fonds commun de placements actions UEMOA qui vient répondre à cette demande croissante d’épargne dynamique via des professionnels du marché. Composé à 90% d’actions, ce véhicule ambitionne de battre son benchmark qui est le BRVM composite. Cette innovation est aussi le signe du dynamisme de l’activité Asset management dans le contexte haussier de la place financière d’Abidjan, qui affiche une performance de +22% sur les trois dernières années.

L’intérêt croissant des ménages et des institutionnels pour le marché appelle en effet à la mise en place d’instruments innovants alliant sécurité et rendement. C’est dans ce cadre que s’inscrit la démarche d’Ecobank Asset Management , comme l’indique son directeur général, Mike Coffi: « le marché a une croissance spectaculaire avec une évolution des fonds commun de placement de 8 en 2004 à une soixantaine en 2016. Sur la même période, les actifs sous gestion du marché dans sa globalité sont passés de 20 à 705 milliards de FCFA, soit une croissance de 3000%. » Ecobank Asset Management ne reste pas en marge de ce développement et a vu ses actifs passer de 50  à 130 milliards juste en 2 ans. «Cela démontre que l’épargne des ménages, autrefois passive et confinée au sein du système bancaire, fait place à des placements financiers plus actifs», souligne M. Coffi.

Plusieurs facteurs expliquent cette attractivité des placements boursiers, poursuit le DG d’Ecobank Asset Management qui cite notamment la surliquidité bancaire et ses corollaires, à savoir la baisse des rendements des dépôts à terme, la baisse des intérêts des obligations gouvernementales et le manque d’obligations Corporate.

L’intérêt des placements boursiers s’explique par ailleurs par la montée des classes moyennes africaines et le retour de la diaspora, toutes ces deux classes étant friandes de produits financiers innovants.

Ce contenu pourrait également vous intéresser