L’information donnée mercredi 30 août par La lettre du continent fait la une de la presse locale. Le groupe hôtelier suédois Carlson Rezidor s’est retiré du Togo où il exploite jusque-là, l’hôtel du 2 février sous la marque Radisson Blu.

Dans les couloirs de l’hôtel, c’est l’omerta. Contactés, ses responsables n’ont pas voulu se prononcer sur le sujet. « Nous n’avons rien à communiquer par rapport à cette information », informent les services de l’hôtel qui porte toujours l’enseigne Radisson Blu.

Les travaux de rénovation de cet hôtel auront coûté plus de 40 milliards de FCFA à l’Etat togolais et la Kaylan Hospitality Developpement (KHD), la société en charge de sa réhabilitation et autrefois annoncée pour l’exploitation, et qui devra trouver un nouvel exploitant. « Des dissensions sur la gestion et la stratégie de développement sont apparues entre les deux parties », informe le journal.

Premier poids lourd du parc hôtelier togolais, l’hôtel à peine rénové et remis précipitamment en service a notamment servi de cadre pour l’organisation du sommet extraordinaire de l’Union africaine sur la sécurité maritime, et d’autres rencontres internationales à travers lesquelles Lomé signe en grande pompe, son retour sur la scène internationale. D’ailleurs, la bâtisse devra accueillir le prochain sommet Israël-Afrique, et la prochaine conférence des chefs d’Etats de la CEDEAO annoncés pour se tenir dans la capitale togolaise avant fin 2017.

Par Nephthali Messanh Ledy