En 2013, les échanges extérieurs du Togo se sont soldés par un excédent de 41,6 milliards de F CFA, contre un déficit de 17,3 milliards en 2012.

Cette évolution constatée, selon la direction nationale de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), est la résultante d’une amélioration de 9,5 milliards de F CFA, de l’excédent du compte de capital, d’une aggravation de 130,577 milliards du déficit courant, et d’une baisse de 180,4 milliards du solde du compte financier togolais.

Structurellement, la balance des paiements reste déficitaire. En effet, en 2013, le déficit s’est établi à 403.047.000.000 de FCFA, en aggravation de 51% par rapport à celui de 2012, qui se chiffrait à 284.859.000 000 F. « Cette évolution résulte d’un accroissement de 13,9% des exportations, insuffisant pour couvrir la progression de 25,1% des importation », explique-t-on.

Le taux de couverture, qui mesure l’indépendance d’un pays à travers sa capacité à couvrir ses importations par ses exportations, est passé de 69,9% en 2012, à 63,6% en 2013. Le degré de couverture commerciale, quant à lui, se situe à 46,8%, contre 40,3% en 2012. Une amélioration donc de l’ouverture du Togo sur l’extérieur.

Les exportations de biens s’élèvent à 751.919.000.000 de F CFA en 2013, soit une hausse de 13,9% en rapport avec l’année précédente.

A noter, la valeur des exportations de clinker, deuxième produit extractif exporté, selon le Rapport 2013 de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE), a enregistré une baisse de 3,8% par rapport à l’année 2012, se chiffrant à 43.450.000.000 F. Les minerais de fer ont fait 2.514.000.000 F, contre 2.700.000.000 en 2012.

Quant au ciment, on note une hausse de 13,9% par rapport à 2012. Ses exportations s’établissent à 38.530.000.000 de Francs.

Les phosphates ont fait 68.187.000.000 FCFA, soit une hausse de 4,8% comparé à l’année précédente.

Les réexportations des produits pétroliers (puisque le pays n’en produit officiellement pas) se chiffrent à 58.136.000.000 FCFA, soit une baisse de 11,1% par rapport à 2012.

Les importations de bien s’élèvent à 1.181.966.000.000 FCFA, en hausse de 25,1% par rapport aux 945.148.000.000 FCFA de 2012. Cette hausse est due à différents groupes de produits, notamment les factures CAF, qui ont progressé de 24,3% pour les matières premières et produits semi finis, 15,6% pour les énergies et lubrifiants, 12,6% pour les biens d’équipement et 9,4 pour ceux de consommations.

Néanmoins, la balance des services dégage un solde excédentaire de 7.232.000.000 de FCFA. Cette situation est due, notamment, à la hausse du solde déficitaire des services de transports, en particulier le transport maritime.

De même, le compte des revenus primaires a connu un excédent de 12.474.000.000 F, contre 3.051.000.000 F en 2012, tandis que le compte des revenus secondaires, est déficitaire de 129.600.000.000 fCFA, en hausse de 4,8% par rapport aux 123.643.000.000 F de 2012.

Les investissements directs étrangers se sont soldés par une entrée nette de 100,9 milliards, contre une sortie nette de 152,6 milliards l’année précédente, reflétant un accroissement des prises de participation des non-résidents dans l’économie nationale.

Et la direction nationale de la BCEAO de recommander un renforcement de l’intégration régionale pour accroître la taille du marché, et sur l’amélioration de la productivité du capital privé, avec poursuite des investissements dans les infrastructures.

 

Par Nephthali Messanh Ledy, Lomé

Share Button