Par Nephthali Messanh Ledy,

Trois mois après son investiture à la tête de l’Etat béninois, Patrice Talon a réussi son premier test sur le marché sous-régional de l’UMOA. En effet, l’emprunt obligataire émis par son pays le 28 juin 2016 a rencontré une forte adhésion : une sur-souscription de 202 milliards de F CFA contre 150 milliards sollicités, soit un dépassement de 52 milliards.

« La réussite de cette opération traduit le retour de la confiance du marché financier à l’égard du Gouvernement et constitue une marque de reconnaissance des efforts en matière de gouvernance publique et d’amélioration de sa crédibilité », indique son gouvernement.

Un résultat commenté cet après-midi par Abdoulaye Bio Tchané, ministre du Plan et du Développement, lors d’une conférence de presse à Cotonou : « Ce succès nous permet d’être optimiste. (…) Il appelle à une gestion orthodoxe et raisonnable ».

Destinées aux opérations urgentes, ce premier emprunt du régime dit de la rupture devra également servir à payer les arriérés des PME, les arriérés sur la dette publique – estimée à 2.101,17 milliards de F CFA au 31 mars 2016, l’investissement PIP et à redynamiser le secteur privé. « C’est une décision opportune car nous ne voulons pas voir notre pays à la faillite », explique Abdoulaye Bio Tchané.

Par ailleurs, nouvelle annonce du ministre, le Bénin a pris « la sage décision » de suspendre tous les accords PPP et de les réviser un à un.

Share Button