Par Mamadou Aliou Diallo

Suite aux revendications syndicales qui ont abouti à la signature des protocoles d’accord du 6 janvier 2015 et du 19 février 2016 entre le gouvernement guinéen, le patronat et le mouvement syndical, une nouvelle grille salariale a été adoptée.  Cette grille indiciaire qui, à la base est sensée améliorer de manière substantielle le traitement des fonctionnaires guinéens et leur hiérarchisation, est diversement accueillie par les fonctionnaires.

Les nouvelles grilles indiciaires pour les fonctionnaires comportent six hiérarchies ( A1, A2, A3, B1, B2, C) douze grades et douze échelons. Et les conditions d’accès aux nouvelles hiérarchies sont définis en fonction des diplômes obtenus. La hiérarchie C est accessible aux titulaires du Brevet d’étude du premier cycle (BEPC), le second diplôme du secondaire dans le système d’enseignement guinéen. La hiérarchie B1 réservée aux titulaires du Brevet + 6 ou l’équivalent, B2 accessible aux titulaires du baccalauréat + trois ans de formation professionnelle et technique, suivi d’une spécialisation, la hiérarchie A1 aux titulaires de la licence BAC + 3 ou équivalent, A2 aux titulaires du master BAC + 5 ou équivalent et A3 aux titulaires du doctorat BAC+ 8 ou équivalent.

Si certains fonctionnaires de l’administration pensent que la hiérarchisation poussée est une bonne chose dans la nouvelle grille indiciaire, qui permet selon eux, de récompenser le niveau d’étude et l’effort fourni pour se former, d’autres par contre trouvent la nouvelle grille discriminatoire envers ceux qui optent par exemple pour des études professionnelles et qui n’ont pas la chance de se retrouver dans la hiérarchie A.

Dans une troisième posture, il y a ceux qui ne comprennent pas l’applicabilité de la nouvelle grille qui estiment qu’elle est en leur désavantage, et pensant que leurs salaires pourraient se retrouver à la baisse. Du côté de la fonction publique on tente de rassurer  » la nouvelle grille à défaut de vous monter en grade ou de vous faire gagner de l’argent, ne vous fait pas perdre » temporise un  cadre du ministère de la fonction publique. Mais le doute semble s’installer dans la tête des gens , la frustration aussi. Car dès l’entrée en vigueur de la nouvelle grille , beaucoup de fonctionnaires guinéens qui jusque là percevaient le même salaire devront faire face à assez de disparités tenant compte de la hiérarchie. Le salaire de base sera désormais déterminé en multipliant par 698 la valeur monétaire du point d’indice appliqué avant le protocole d’accord du 6 janvier 2015.

Share Button