image
Dr. Benedict Oramah, Président d’Afreximbank (3ème de droite) posant avec (de gauche à droite): Prof. Dorothé Sossa, Secrétaire Permanent, Organisation pour l’ Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique; Walid Loukil, Directeur Général Adjoint, Loukil Group; Christopher Edordu, Ancien Président d’Afreximbank; Jean-Louis Ekra, Ancien Président d’Afreximbank; Fatima Haram Acyl, Commissaire pour le Commerce et l’Industrie; Adama Koné, Ministre auprès du Premier Ministre, Chargé de l’Économie et des Finances, Côte d’Ivoire; Alioune Sarr, Ministre du Commerce, de l’Industrie et du Secteur Informel, Sénégal; et Helen Hai, Directeur Général, Made in Africa Initiative.

 

La première conférence continentale organisée sur le financement du commerce intra-Africain et les systèmes de paiement s’est ouverte le 2 mai 2016  à Abidjan et Dr. Benedict Oramah, Président de la Banque Africaine d’Import-Export (Afreximbank), y a déclaré que la croissance du commerce intra-africain était un élément clé pour réaliser l’industrialisation de l’Afrique et permettre au continent d’avoir une place plus pertinente dans les affaires mondiales.

Dr. Oramah a dit aux participants que le faible état de développement de l’Afrique était en partie dû à son caractère fragmenté.

“Avec 54 pays, l’Afrique est le continent qui renferme le plus grand nombre de pays; c’est aussi le continent le moins interconnecté en termes d’infrastructures; c’est la région dont les relations bancaires inter-régionales sont les plus faibles; et par-dessus tout, c’est le continent qui enregistre le moins d’échanges commerciaux en son sein » a-t ’il dit.

Dr. Oramah, a réitéré l’engagement d’Afreximbank à jouer le rôle de la Banque du commerce intra-Africain tel que les pères fondateurs l’avaient envisagé, expliquant que l’institution a développé des solutions qui «touchent les producteurs de biens et services, les commerçants et les acheteurs. Nous serons là de la terre à la bouche, de l’usine aux foyers!»

Il a exprimé la détermination d’Afreximbank à assurer que, dans un futur prévisible, «le commerce intra-Africain ne sera plus jamais à la périphérie du commerce international Africain; l’essor économique de l’Afrique ne sera plus jamais lié aux matières premières; et les économies africaines ne seront plus jamais l’auxiliaire des autres marchés».

Dans son intervention, Fatima Haram Acyl, Commissaire de l’Union Africaine pour le Commerce et l’Industrie, a mis en exergue le rôle clé que joue le financement du commerce pour permettre le développement du continent à travers la création d’opportunités d’affaires et d’emplois.

Mme. Acyl a fait appel à une étude sur le rôle des banques centrales africaines dans le développement du continent en vue d’assurer des taux d’intérêts qui répondent aux besoins des secteurs économiques clés. Les taux élevés actuels n’étaient pas soutenables, a-t’elle dit.

Elle a décrit le commerce intra-Africain comme une partie critique de l’agenda continental et a noté que c’était un fait que les Chefs d’États Africains avaient reconnu et qui avait guidé leur décision d’établir une zone de libre-échange á l’échelle continentale.

L’Afrique ne pourrait pas continuer à exporter des matières premières, a-t ’elle dit, expliquant qu’à travers la zone de libre-échange proposée, le continent pourrait atteindre la transformation structurelle et la croissance durable si nécessaires.

En déclarant la conférence ouverte, Adama Koné, Ministre auprès du Premier Ministre, chargé de l’Économie et des Finances de Côte d’Ivoire, qui représentait le Premier Ministre de Côte d’Ivoire, Daniel Kablan Duncan, a félicité le travail accompli par Afreximbank pour contribuer à la croissance du commerce intra-Africain et a insisté sur l’importance du renforcement des capacités et du développement des compétences comme éléments cruciaux au développement du commerce intra-Africain.

L’ouverture de la conférence a été suivie par le lancement de la Stratégie du Commerce Intra-Africain d’Afreximbank, qui définit les interventions de la banque en termes de facilitation des paiements et du financement du commerce intra-Africain.

La conférence, qui se termine demain, offre une plateforme permettant aux participants du secteur d’échanger sur la thématique du financement du commerce intra-Africain et des systèmes de paiement, en vue d’identifier les solutions pour remédier aux difficultés de financement auxquelles le continent est confronté.

Les participants à la conférence incluent les directeurs exécutifs et aux représentants de banques, de firmes juridiques, de think tanks, d’agences de crédit d’exportation, de compagnies de logistique, des communautés économiques régionales, des banques centrales et d’autres institutions financières ou entreprises de négoce impliquées dans le développement du commerce en Afrique.

Share Button