CEMAC : la BEAC suspend son intervention sur le marché monétaire

0
Le tchadien Abbas Mahamat Tolli, gouverneur de la BEAC, invité à ne pas restreindre la liquidité en ces temps de covid-19.

La Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) a fait savoir qu’elle ne va  pas intervenir sur le marché monétaire au titre de son opération principale du 26 mars au 2 avril 2020. Motif avancé, la   crise sanitaire due à la pandémie du COVID-19. «Afin de mieux apprécier les effets  de la crise sanitaire actuelle liée à la pandémie du COVID-19 sur la liquidité du système bancaire de la CEMAC, la BEAC  n’intervient  pas sur le marché monétaire au titre de son opération principale sur la période allant du 26 mars au 2 avril 2020»,  lit-on mercredi 25 mars sur le site de la banque.

Cependant, souligne  la Banque centrale de la zone CEMAC,  les établissements  de crédit à besoin de financement pourront satisfaire  leurs demandes sur  le guichet de la facilité de prêt  marginal aux conditions usuelles.

Voici les taux :

Taux d’intérêt des appels d’offres (TIAO) : 3,5%

Taux de la facilité de prêts marginal (TFPM) : 6%

Taux interbancaire moyen pondéré (TIMP) : 3,56%

Spread TIMP-TIAO: 0, 06 %

Spread TIMP-TFPM: -2, 44%

A noter que la BEAC intervient sur le marché monétaire pour en influencer les conditions, à travers des opérations d’injection ou de reprise de liquidités à fréquence hebdomadaire, des opérations de réglage fin, des opérations d’injection et de ponction de liquidités de plus longues maturités (1,3,6,9 et 12 mois), des opérations structurelles des(achat/ventes temporaires ou fermes de titres et émission de bons BEAC), des facilités permanentes (prêts et dépôts) et des avances intra-journalières.

Cette décision intervient  quelques jours après que  l’Association des professionnels des établissements de crédit du Cameroun (Apeccam) a demandé  à la BEAC  de surseoir à sa décision de réduire les liquidités dans le système bancaire. Une mesure qui a été  prise par  le Comité du marché monétaire lors de sa session de février 2020.

L’Apeccam est convenue que la BEAC devrait plutôt faciliter l’accès des banques au marché monétaire par la baisse de ses taux d’intérêt et l’augmentation des plafonds de refinancement en cas de pression de liquidités.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here