A Dakar, la conférence sur l’agriculture et l’agro-alimentaire a baissé ses rideaux le vendredi 23 octobre. D’importantes mesures ont été prises à l’issue de cette rencontre de 3 jours qui se tenait au centre international de conférence Abdou Diouf de Diamniadio (CICAD).

La BAD envisage de développer des zones agro-industrielles et des corridors routiers. L’objectif est d’accélérer les investissements dans l’infrastructure intégrée, en vue d’améliorer la compétitivité de l’Afrique en matière de transformation et de valeur ajoutée des produits agricoles.

Les femmes sont à l’honneur dans cette nouvelle orientation de la BAD, l’institution financière travaillera avec ses partenaires pour mobiliser 3 milliards de dollars de financement en faveur des femmes agricultrices, ainsi que des agro-industries et autres entreprises appartenant à des femmes. La mobilisation de ces fonds passera par la création d’une facilité de 300 millions de dollars, destinée à réduire les risques des entreprises appartenant à des femmes vis-à-vis des banques commerciales et des institutions de micro finance.

La Banque africaine de développement a décidé de tripler ses financements consacrés au climat d’ici à 2020 et les augmentera de 5 milliards de dollars par an. Elle travaillera étroitement avec l’Union africaine, la Conférence des ministres africains sur l’environnement, le Programme des Nations Unies pour l’environnement et avec le G7, en vue de mettre en place l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables. En outre, la Banque appuiera les pays africains pour leur ouvrir l’accès à la Capacité africaine de gestion des risques, de sorte qu’ils puissent faire face aux défis résultant des changements climatiques catastrophiques.

Au terme de cette conférence, le Président Adesina Akinwumi, a annoncé que les banques centrales en Afrique créeront des fonds spéciaux, pour permettre aux agriculteurs d’avoir accès, tant aux crédits à des taux d’intérêt bonifiés, qu’aux prêts agricoles à long terme, assortis d’échéances plus longues. La BAD a pris également la décision de mettre en place les obligations de la diaspora pour l’agro-industrie, en vue de titrier les flux de transferts pour les investissements dans l’agriculture et l’agro-industrie africaines.

Accélérer le déploiement de financements en faveur de l’agriculture et de l’agro-industrie, soutenir les banques de développement agricoles pour les rendre plus fonctionnelles, renforcer la mise en place de systèmes de financement sur récépissé d’entrepôt et de bourses agricoles, notamment les bourses agricoles régionales, telles sont les autres mesures prises par la BAD à la fin des travaux de cette conférence sur l’agriculture.

 

Share Button