FinanceBanquesCEMAC : la BEAC augmente ses principaux taux directeurs

CEMAC : la BEAC augmente ses principaux taux directeurs

-

La Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) a opté de réorienter la politique monétaire des pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) à travers l’ajustement de ses principaux taux directeurs. C’est la principale décision prise par le Comité de Politique Monétaire (CPM) au terme de sa première réunion extraordinaire de l’année tenue par visio-conférence le 25 novembre 2021. Cette décision tient principalement compte de l’évolution récente des réserves de change et des risques qui pourraient continuer de peser sur la stabilité extérieure de la monnaie.

« A cet égard, après avoir pris connaissance de l’évolution récente et des perspectives des réserves de change de la BEAC, et tenant compte des incertitudes qu’elle fait peser sur la reprise des économies de la CEMAC, le CPM a décidé d’une part, de relever le Taux d’Intérêt des Appels d’Offres (TIAO) de 3,25 % à 3,50 % et le Taux de la facilité de prêt marginal de 5,00 % à 5,25 % », a indiqué la Banque centrale. Par ailleurs, elle a décidé de maintenir inchangés le Taux de la facilité de dépôt à 0,00 % ainsi que les coefficients des réserves obligatoires à 7 ,00 % sur les exigibilités à vue et 4,50 % sur les exigibilités à terme.

Evaluant la mise en œuvre des mesures adoptées depuis mars 2020 face à la crise du COVID-19 et tenant compte de la persistance des effets de cette pandémie sur les économies de la CEMAC, le CPM avait au cours de sa session du 28 juin 2021 insisté sur la nécessité de préserver la stabilité extérieure de la monnaie, avant d’opter pour l’ajustement de certaines mesures de soutien à l’économie sous-régionale. Dans la foulée, plusieurs mesures avaient été prises, la BEAC ayant annoncé l’intention de poursuivre l’orientation de sa politique monétaire en vue d’assurer la stabilité interne de la monnaie conformément à l’objectif sous-régional d’une inflation en moyenne annuelle maitrisée, c’est-à-dire, inférieure à la norme communautaire qui est de 3%. En même temps, elle avait opté pour la stabilité externe de la monnaie évaluée sur la base du taux de couverture extérieure de la monnaie et d’un niveau de réserves de changes en moins d’importations des biens et services suffisant.

Au demeurant, l’institut d’émission monétaire d’Afrique centrale fait observer que la remontée de l’inflation dans le monde et l’évaluation récente de la situation des économies de la CEMAC et des perspectives à court terme font ressortir des évolutions contrastées sur la stabilité interne et externe de la monnaie. S’agissant de la stabilité interne de la monnaie, les indicateurs à court terme de l’inflation montrent qu’elle serait maitrisée, malgré la flambée des prix des produits importés et du coût du fret maritime.

Achille Mbog Pibasso
Achille Mbog Pibasso, Directeur de rédaction de Financial Afrik, est diplômé en journalisme et en communication d’entreprise. Particulièrement intéressé par l’économie et la finance, c’est également un féru des sujets  politiques. Son expérience d’agencier lui permet de traiter de tous les sujets d’actualité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X