FinanceBanquesL'hebdo des devises: le Rand sur la crête, le...

L’hebdo des devises: le Rand sur la crête, le Naira en pente, le Cedi au désidérata, la live égyptienne vaccinée ….

-

Notre bulletin hebdomadaire sur les devises africaines, réalisé en partenariat avec Aza, fournisseur non bancaire de devises, revient sur les temps forts des principales monnaies africaines. A hue et à dia, les devises africaines restent déterminées avant tout par les réserves de devises (dollars et euros) de leurs banques centrales.

Le rand haut alors qu’on fête ses 60 ans

Dans la perspective de son 60ème anniversaire, ce dimanche, le Rand a repris sa remontée cette semaine et continue de pointer dans la bonne direction en raison de la baisse marquée des données sur l’infection par la COVID-19 et de la flambée des prix de ses exportations de métaux précieux. Mercredi, 2 320 nouveaux cas positifs ont été enregistrés parmi 35 413 tests dans le pays, ce qui donne un taux de positivité de 6,55 %, bien en deçà de la fourchette de 10 % à 12 % qui, selon le gouvernement, serait préoccupante.

Dans ce contexte, le fonds VanEck Vectors Rare Earth and Strategic Metals Exchange Traded Fund (NYSE:REMX) a atteint 84,87 $ le 12 février, soit plus du double de moins de 40 $ en novembre. Ces développements sont encourageants pour les investisseurs à la recherche de signes d’un rebond significatif de l’activité économique en Afrique du Sud. La monnaie s’est renforcée d’un point faible de 14,58 dollars à la mi-janvier à 15,30 cette semaine. Un rebond de 3,6% qui en fait l’une des devises émergentes les plus performantes ce mois-ci. Depuis le début de l’année, le Rand est en hausse de 1,7 %, derrière les autres devises des marchés émergents comme la lire turque, en hausse de 6,7 %. Cependant, il faut faire preuve d’un optimisme prudent.

Dans son discours sur l’état de la nation, prononcé jeudi dernier, le président Cyril Ramaphosa a décrit les plans du gouvernement d’importer 500 000 doses du vaccin Johnson & Johnson, qui devraient arriver en Afrique du Sud d’ici le mois prochain. Une autre dose de 20m Pfizer a également été obtenue, et les livraisons devraient commencer à la fin de mars. M. Ramaphosa a également annoncé la prolongation de certaines mesures de répit financier dans le cadre de la COVID-19, y compris le régime de répit temporaire pour les employeurs et les employés et la subvention sociale au chômage pour trois mois supplémentaires (R350 par mois). Nous nous attendons à ce que la monnaie s’apprécie vers le niveau critique de 14,45 à court terme et reste stable à ce taux à moyen terme, au milieu de la récente remontée des prix des métaux et du sentiment positif autour de la présentation du budget le 24 février. Le Trésor sud- africain devrait mettre davantage l’accent sur la perception et l’administration des impôts afin de soutenir l’économie.

La réduction de l’écart du Naira signale une dévaluation progressive

Le Naira s’est déprécié pour atteindre un creux historique depuis plus de 10 mois à 410 au dollar ce mercredi, la forte demande de change augmentant la pression sur le marché. La devise nigériane continue de perdre du terrain, car la reprise de l’activité commerciale accroît la demande en billet vert, tandis que la faiblesse de l’offre de devises demeure critique. Sur le marché parallèle, le Naira s’est maintenu à une fourchette stable de 465 à 473 contre le dollar. Bien que l’indice des prix à la consommation affiche une inflation de 16,47 % pour l’année se terminant en janvier, la monnaie a maintenu sa stabilité. L’inflation globale est la plus élevée en trois ans, selon le Bureau national de la statistique du pays. A moyen terme, les analystes de Aza prévoient une nouvelle dépréciation. La Banque centrale du Nigéria pourrait procéder à une dévaluation non programmée, avec pour objectif de combler l’écart entre le marché au comptant et les taux parallèles, qui restent séparés de près de 20%.

La vente aux enchères d’Eurobond à terme et de FX stimulera le Cedi

Le Cedi a gagné contre le dollar à un taux interbancaire de 5,7597, coincidant avec l’annonce de la Banque du Ghana de vendre $775mn dollars cette année afin de soutenir la monnaie locale. La banque centrale injecte 50 millions de dollars par le biais d’une vente aux enchères bimensuelle de devises à terme, qui a commencé en janvier et se poursuivra jusqu’en juin, après quoi elle réduira à 25 millions de dollars pour le reste de l’année. « Nous nous attendons à ce que ce soutien soutenu maintienne le Cedi raisonnablement stable en 2021 et se rapproche du niveau de résistance clé de 5,50. Jusqu’à présent, ces nouvelles adjudications de devises ont stoppé la chute du Cedi par rapport au dollar, qui s’est déprécié de 3,9 % l’an dernier.

Nous nous attendons à ce que la devise progresse encore au cours des prochaines semaines grâce à l’eurobond de 3 milliards de dollars émise au début de février. Le gouvernement indique qu’il utilisera jusqu’à 1 milliard de dollars de ce montant pour renégocier ses contrats d’approvisionnement avec des producteurs d’électricité indépendants et qu’un autre milliard de dollars sera consacré à la liquidation de dettes héritées coûteuses.

Livre égyptienne bien positionnée tandis que le Japon soutient la fourniture en électricité

La livre égyptienne est restée stable à 15,61 par rapport au dollar cette semaine, allant respectivement à 15,57 et 15,67 à l’achat et à la vente. Le gouvernement a annoncé que le pays avait reçu des cargaisons de vaccins contre le coronavirus de Sinopharm et d’AstraZeneca. Les médecins et les infirmières devraient être les premières personnes vaccinées, suivies des personnes âgées et des personnes atteintes de maladies chroniques isolées. Au cours de la semaine, le gouvernement a signé un accord avec le gouvernement japonais pour un prêt de 25 milliards de yens (240 millions de dollars) afin de contribuer au développement du secteur de l’électricité égyptien et de réduire le déficit de financement du pays. Le gouvernement égyptien soutient également le secteur de l’exportation par le biais de l’initiative de « paiement immédiat en espèces » – qui aide les entreprises à payer leurs droits d’exportation – à hauteur de 21,5 milliards de livres égyptiennes (1,37 milliard de dollars). L’Institute of International Finance a fait des prévisions positives pour la performance économique de l’Égypte, prévoyant une croissance de 4,7 % en 2022 et de 5,1 % en 2024. « Nous prévoyons une hausse de la livre sterling au cours de la prochaine semaine, en raison de l’optimisme renouvelé à l’égard de la lutte contre le coronavirus grâce au déploiement du vaccin, à l’appui du gouvernement aux exportateurs et aux entrées d’investisseurs », estime Oghenefejiro Eduviere, FX Trading Associate chez Aza.

Les flux du FMI et du Fonds de l’OPEP contribuent à stabiliser les perspectives du Shilling kenyan

Le Shilling est demeuré dans une fourchette stable avec une légère dépréciation à 109,55 shillings par dollar au cours de la semaine, tandis que les réserves de change du pays se sont maintenues à un montant adéquat de 7,63 milliards de dollars le 11 février (4,69 mois de couverture des importations). Les entrées de fonds des prêteurs et des investisseurs internationaux devraient soutenir la devise dans les prochaines semaines. Le Fonds de l’OPEP pour le développement international (OFID) a signé un accord de prêt public de 20 millions de dollars avec le Kenya pour moderniser le tronçon de 90 km de Samatar à la route Wajir dans le cadre du programme d’initiative de développement du nord et du nord-est du Kenya. Le pays a également contracté un prêt de 2,4 milliards de dollars auprès du Fonds monétaire international, dans le but de répondre à la prochaine phase de l’urgence liée à la COVID-19 et de réduire son niveau d’endettement. L’aide du Fonds devrait renforcer le cadre de la politique monétaire du pays et soutenir la stabilité financière. Le FMI prévoit une reprise de la croissance économique de 7,6 % en 2021, alors que le secteur externe fait preuve de résilience dans le contexte du choc de la COVID-19, les exportations horticoles et les envois de fonds affichant de bons résultats. « Nous prévoyons un Shilling stable dans la semaine à venir », estime AZA.

Le Shilling ougandais se maintient malgré la menace Magnitski de l’Union Européenne

Le Shilling ougandais s’est raffermi par rapport au dollar au cours de la semaine, allant de 3655 à 3665, alors que les activités commerciales ont diminué, car les paiements d’impôt à la mi-mois ont limité la demande de devises fortes. Lors de sa réunion de politique monétaire tenue lundi, la Banque d’Ouganda a maintenu le taux directeur de la Banque centrale à 7 %, dans le but d’encourager de nouvelles réductions des taux d’intérêt commerciaux et de stimuler la demande de crédit. La Banque a déclaré qu’elle prolongerait de six mois ses mesures d’allègement du crédit à compter du 1 avril et qu’elle maintiendrait également son programme d’aide à la liquidité dans le cadre de la COVID-19 à l’intention des institutions financières surveillées. La Banque prévoit une croissance économique comprise entre 3 % et 3,5 % au cours de l’exercice 2020- 2021, grâce au déploiement de la vaccination en Ouganda et chez ses partenaires commerciaux. Au milieu de la pression politique internationale continue, le Parlement de l’Union européenne a introduit la semaine dernière un nouveau mécanisme de sanction des droits de l’homme, connu sous le nom de loi Magnitsky de l’UE, contre l’Ouganda. Le mécanisme prévoit des sanctions contre des individus et des organisations réputés responsables de violations des droits de l’homme, suite aux réserves de l’UE émises sur le processus électoral en Ouganda le mois dernier. La loi stipule que le pays fera l’objet d’un examen plus approfondi de sa gestion budgétaire et de sa transparence, tandis que la Commission européenne procédera à des examens systématiques des programmes d’appui budgétaire de l’UE dans le pays. Il enquêtera sur tout risque de détournement de fonds pour les autorités ougandaises vers des activités qui pourraient constituer une violation des droits de l’homme. L’UE a fourni à l’Ouganda 578 millions d’euros au cours des cinq dernières années, jusqu’en 2020, pour soutenir la bonne gouvernance, améliorer les infrastructures, assurer la sécurité alimentaire et aider l’agriculture, et 112,2 millions d’euros supplémentaires provenant du Fonds fiduciaire d’urgence de l’UE pour l’Afrique. Le gouvernement a qualifié les accusations de l’UE de « déséquilibrées et partiales ». Pour l’instant, nous ne nous attendons pas à ce que la pression internationale pèse sur le shilling, maintenant une perspective stable pour la semaine à venir.

Le Shilling tanzanien est stable tandis que l’alerte américaine à la COVID-19 pèse sur le tourisme

Le Shilling tanzanien a légèrement baissé par rapport à la fourchette de la semaine dernière, qui était de 2 314 shilling à 2 324 shillings contre un dollar, pour s’établir à 2 311 shillings sur 2 329 shillings. La monnaie continue d’être soutenue par les entrées de devises des investisseurs étrangers et par l’exportation de produits agricoles et minéraux. Le gouvernement et l’Union européenne ont signé des accords de subventions pour six projets dans le secteur de l’électricité et pour soutenir le développement du secteur privé, d’une valeur de 111,5 millions d’euros. La semaine dernière, l’ambassade des États-Unis a publié une alerte santé sur la Tanzanie, indiquant qu’elle était au courant d’une augmentation importante du nombre de cas de COVID-19 dans le pays depuis janvier et conseillant aux gens de reconsidérer leur voyage. Étant donné que le gouvernement tanzanien a annoncé que le pays est exempt de la COVID-19 et qu’il n’a pas l’intention d’importer des vaccins contre le coronavirus, il est probable que le secteur du tourisme sera durement touché. Le secteur touristique est une source importante d’entrées de dollars dans le pays. Pour la semaine à venir, nous prévoyons un shilling stable soutenu par les entrées de l’accord européen et des investisseurs, affirme Terry Karanja Treasury Associate, AZA.

Contributionhttp://.financialafrik.com
Les articles parus dans la rubrique «contributions» expriment le point de vue de leurs auteurs. Les contributions externes, validées  par la Rédaction de Financial Afrik en raison de leur utilité sociale, ne reflètent pas forcément la ligne éditoriale du journal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

ArticlesSIMILAIRES
Nous vous les recommandons spécialement

X