Monnaie ECO : le Nigeria demande un report du lancement de la monnaie

1
Muhammadu Buhari.

Au moment où les pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) tentent de fermer l’ère du FCFA pour adopter la nouvelle monnaieEco, Abuja conseille le report du lancement de la nouvelle monnaie unique de la Cedeao.

«La position du Nigeria sur l’eco est que les critères de convergence (entre Etats) n’ont pas été atteints par la majorité des pays…Il doit par conséquent y avoir un report du lancement de la monnaie unique», peut-on lire sur la page twitter de la Présidence de la République du Nigeria. Un message qui relance le débat sur la monnaie unique.

Membre du conseil de convergence de la Zone monétaire de l’Afrique de l’ouest (Zmao), le Nigeria et tous les pays anglophones de l’Afrique de l’ouest y compris la Guinée avaient souhaité l’organisation d’un sommet extraordinaire de la conférence des Chefs d’Etat  et de gouvernement de la Zmao « pour examiner en profondeur la question de la monnaie unique ».

En effet, la Zmao affirmait le 16 janvier, à l’issue d’une rencontre, que la décision de renommer le Fcfa Eco en 2020, n’était pas conforme avec la décision de la Conférence des Chefs d’Etat de la Cedeao d’adopter l’Eco comme nom d’une monnaie unique indépendante de la Cedeao ».


Issouf Kamagaté

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour, chers amis.
    Je suis Anumu Edem KETOGLO, économiste chargé des questions de convergence des économies de la CEDEAO en vue de la création de la monnaie communautaire. J’ai exercé mes fonctions au Ministère de l’économie et des finances du Togo jusqu’en février 2020.
    A mon avis, ce projet de création de la monnaie unique lancé en 1987 avec la mise en oeuvre du Programme de coopération monétaire de la communauté (PC%C) était prématuré et inoportun.
    Trente trois ans après, l’objectif semble toujours aussi difficile à atteindre.
    Ce projet devrait être abandonné, ou gelé pour le moment.
    Les économies africaines devraient se focaliser presqu’exclusivement sur l’approfondissement de l’union douanière et la diversification de la production.
    Ce binôme gagnant pourrait augmenter substantiellement la part du commerce intra régional CEDEAO qui est de 15% en 2018 selon la CNUCED.
    La monnaie unique n’est pas indispensable, comme l’ont montré les économies d’Asie au cours des 30-40 dernières années.
    Merci.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here