L’UE offre de nouveaux instruments financiers aux PME africaines

1

Dakar abrite du 6 au 8 novembre un forum  d’Information, de partage des connaissances et de mise en réseau en matière de développement du secteur privé des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).

L’objectif majeur de cette  rencontre  de 3 jours  est de promouvoir  le secteur privé de ses pays  afin qu’il soit plus compétitif et actif sur le marché continental et international.

Dans cette optique, l’Union Européenne (UE)  à travers la Banque européenne d’investissement (BEI) a proposé  de  nouveaux  instruments  financiers  aux PME africaines  afin de pallier à leur besoin  de financement estimé à 331 milliards de dollars (statistiques officielles).

Dans un contexte de mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), l’UE  est prête à soutenir le secteur privé des pays africains ainsi que ceux des Caraïbes et Pacifique afin qu’ils puissent intégrer le marché continental et mondial.

Ainsi, experts, opérateurs, entrepreneurs, investisseurs, institutionnalistes…vont se pencher  sur  la problématique de financement  du secteur privé  notamment des PME  dans les pays  ACP.

Les acteurs entendent  à travers  des séries de panels,  échanger  et proposer des alternatives qui pourront  faire décoller le secteur  privé  afin qu’il puisse jouer  son rôle dans le processus de création de richesses régionale et mondiale.

L’ambassadrice et chef de délégation de l’UE au Sénégal, Irene Mingasson,  a prôné  un véritable assainissement du système classique  de financement les entreprises des pays  en développement (ACP). Dans cet élan, souligne-t-elle, l’UE à travers son plan d’investissement extérieur(PIE) va  réduire les risques pour les financements privés.

L’UE  a  déjà  affecté  des montants substantiels sous forme de dons à des opérations de financement mixtes -prêts et dons – pour assurer la réalisation des projets emblématiques. Ainsi, le PIE  va allouer un montant de 4,4 milliards de dollars sur la période 2017/2020 en  espérant  lever  44 milliards de dollars d’ici quelques années.

Le ministre  sénégalais de l’Economie et du Plan, Amadou Hott , est  formel , «face  aux enjeux  de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) , il demeure évident  que le secteur privé doit améliorer  sa performance , sa productivité  et sa compétitivité».

Dans cette perspective,  ajoute le ministre, «il est heureux de noter que l’UE à fait du secteur privé un pilier essentiel  du 11e Fonds européen de développement (FED) et y consacre des ressources importantes  en vue du renforcement  de l’accès au marché pour les PME ». Ces ressources, ajoute  le ministre, devraient  servir à soutenir la transformation structurelle de nos économies en perspectives de l’entrée en vigueur  de la ZLECA.

À noter  qu’à l’issue de la première journée,  près d’une centaine de participants, venus divers horizons notamment des pays  ACP  ont pris part à ce rendez-vous de haut niveau.

Ibrahima junior Dia                                     

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here