Maroc: le patronat expose ses doléances

0

Mariam BensalahLa présidente de la CGEM, Mme Miriem Bensalah-Chaqroun, accompagnée d’une quarantaine d’opérateurs économiques, a co-présidé, avec le Chef du gouvernement, M. Abdelilah Benkirane, la première réunion du Conseil conjoint relatif à la plateforme du partenariat CGEM-Gouvernement.

Une rencontre  tenue vendredi 17 mai au cours de laquelle les groupes de travail public-privé ont exposé leur feuille de route concernant la mise en place de mesures effectives et applicables destinées à améliorer l’environnement économique de l’entreprise. Parmi les première actions concrètes : des amendements programmés concernant la loi sur les délais de paiement, la facilitation de l’accès aux outils de financement et d’accompagnement des PME, la réactivation prochaine du comité de lutte contre la sous-facturation ou encore la titrisation de certaines créances de l’Etat.

Par ailleurs, la CGEM appelle à la mise en place, rapidement, de la loi sur le droit de grève et des réformes sociales telles que la liberté syndicale et l’indemnité pour perte d’emploi à financement pérenne, en vue de réguler efficacement les relations sociales, assurer une protection aux travailleurs et un climat sain pour l’entrepreneur. Dans une conjoncture économique difficile, la CGEM souhaite que l’Etat et les entreprises publiques injectent dans l’économie nationale le remboursement de leurs créances vis-à-vis du secteur privé, dans l’optique de ne pas entraver la bonne marche des affaires.

La CGEM tient à réitérer son engagement pour mobiliser ses forces en vue de la réussite de ce modèle inédit de partenariat public-privé, mais rappelle également que ce succès est tributaire d’une franche concertation. A cet effet la CGEM insiste sur la nécessité d’être associée de manière dynamique aux réformes qui ont un impact sur le secteur privé et d’être partie prenante dans l’élaboration des propositions définitives concernant des textes importants, tel que, par exemple, la stratégie sur la formation professionnelle, le règlement général de la construction ou encore le décret sur les marchés publics. La CGEM jouera ainsi pleinement, à côté de son partenaire public, son rôle de force de proposition, et ceci au profit de l’économie marocaine.

 

Enfin, la CGEM note avec satisfaction la volonté de l’exécutif de consolider ce partenariat public-privé.

 

Source: CGEM