Patrick Njoroge, le gouverneur de la Banque centrale du Kenya, ce mardi 31 mai à Nairobi.

Réuni ce lundi 30 mai, le Comité de politique monétaire de la Banque centrale du Kenya a décidé de relever le taux de l’institut d’émission (CBR) de 7,00 à 7,50 %. Motif, les risques élevés pesant sur les perspectives d’inflation en raison de la hausse des prix mondiaux des matières premières et des perturbations de la chaîne d’approvisionnement.

Ces risques, selon l’instance, ont conduit la Central Bank of Kenya à conclure « qu’il était possible de resserrer la politique monétaire afin d’ancrer davantage les anticipations d’inflation ». Cette hausse, qui constitue la première depuis juillet 2015, peut contribuer à soutenir les attentes en matière de monnaie locale et à ancrer les attentes en matière d’inflation, bien qu’elle puisse ralentir la croissance économique, précise le comité.

L’inflation globale est passée de 5,6 % en mars à 6,5 % en avril 2022, principalement en raison de la hausse des prix des denrées alimentaires et du carburant, indique l’institution.

Dans les détails, l’inflation alimentaire est passée de 9,9 % en mars à 12,1 % en avril, principalement en raison des prix des légumes dus à des facteurs saisonniers et de l’impact des perturbations de la chaîne d’approvisionnement mondiale sur les prix de l’huile de cuisson. L’inflation des carburants est passée de 5,8 % à 8,5 %, en raison de la hausse des prix internationaux du pétrole. Toutefois, explique la Banque centrale, cette augmentation a été modérée par les mesures gouvernementales visant à stabiliser les prix des carburants et à réduire les tarifs de l’électricité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here