Le Togo est désormais le premier pays à être relié par le câble sous-marin Equiano en Afrique. Un raccordement crucial à Internet, opéré par Google en partenariat avec CSquare Woezon, qui conforte la place du Togo comme hub digital en Afrique de l’Ouest et représente un véritable levier d’inclusion numérique.

À l’occasion d’une cérémonie, le 18 mars, en présence du Président Faure Essozimna Gnassingbé, le câble sous-marin de raccordement de fibre optique baptisé « Equiano » a été inauguré : parcourant la côte occidentale du continent, il a été construit par le géant Google en partenariat avec CSquare Woezon. Cette infrastructure numérique d’envergure relie désormais neuf pays africains au reste de l’Europe, en partant de Lisbonne au Portugal, jusqu’au Cap en Afrique du Sud. Cette séquence officielle, qui s’est tenue au Port autonome de Lomé, fait ainsi du Togo son premier point d’atterrissage en Afrique.

Le Togo, un hub digital en devenir

« Equiano, en alimentant notre pays, accompagne notre ambition de moderniser et de digitaliser notre administration en améliorant l’efficacité de l’action publique et la productivité des acteurs privés. » s’est réjoui le chef de l’État, Faure Essozimna Gnassingbé. Synonyme d’augmentation de la vitesse d’Internet, le câble Equiano offrira, à terme, une bande passante 20 fois supérieure à celle de tout autre câble qui dessert actuellement l’Afrique de l’Ouest. Il permettra également d’améliorer l’expérience des internautes et de réduire le coût des données de plus de 14 % d’ici à 2025, selon les données du ministère de l’économie numérique et de la transformation digitale.

Ce câble s’inscrit dans la volonté du Togo de favoriser l’innovation et l’investissement afin de devenir une plateforme technologique et numérique de référence dans la sous-région, avec une connectivité vers les pays voisins. Le pays occupe la sixième place du classement en Afrique en matière de climat des affaires et entend amorcer une progression. Dans une démarche volontariste, les autorités encouragent la création de nouveaux partenariats public-privé ainsi que les coentreprises.

C’est à ce titre que la Société d’Infrastructures Numériques (SIN), qui représente l’État togolais, a conclu une alliance stratégique avec CSquared pour créer CSquared Woezon, dont la participation publique est de 44%. Comme l’évoque Lanre Kolade, directeur général du groupe CSquared : « au-delà de l’atterrissage d’Equiano de Google au Togo, la coentreprise assurera également la gestion et le déploiement de réseaux de fibre métropolitaine et de backbone national à travers le pays. Ainsi, le Togo pourra concrétiser son ambition de devenir un hub digital en Afrique de l’Ouest. »

Levier de création d’emplois et d’inclusion numérique

Selon une étude pilotée par Google, ce raccordement permettra en outre de générer 37 000 nouveaux emplois à l’horizon 2025, tout en améliorant le rendement économique du Togo à hauteur de 351 millions d’USD supplémentaires. « Nous sommes ravis que le Togo soit le premier point d’atterrissage d’Equiano sur le continent africain, car cela correspond aux efforts continus du pays pour promouvoir l’inclusion numérique pour l’Afrique » ajoute Nitin Gajria, directeur général de Google pour l’Afrique subsaharienne. 

Cet effet de ruissellement est primordial pour une économie togolaise en plein essor et alors que le taux de pénétration Internet s’élève tout juste à 23% : « l’élargissement de l’accès à l’Internet haut débit est une composante fondamentale de notre développement numérique, pour atteindre les objectifs fixés dans notre stratégie nationale Togo Digital 2025 », témoigne la ministre de l’économie numérique et de la transformation digitale, Cina Lawson. Bien que le Nigeria ait été pressenti comme premier pays d’accueil, Lomé a accéléré les discussions entamées avec Google, qui a finalement tranché en sa faveur.

Equiano est désormais le deuxième câble à desservir le Togo après le WACS (West Africa Cable System) inauguré en 2012. Sa mise en service générale est attendue pour le dernier trimestre 2022.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here