Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé, le 22 décembre 2021, avoir approuvé un nouvel accord sur 3 ans au titre de la facilité élargie de crédit (FEC) pour un montant d’environ 570,75 millions de dollars afin de répondre aux importants besoins de financement de la balance des paiements et du budget du Tchad, notamment en attirant le soutien financier de donateurs officiels. Un premier décaissement de 78,28 millions de dollars est annoncé dans l’immédiat.

Selon l’institution, les mesures prises dans le cadre du programme appuyé par la FEC contribueront, à long terme, à placer l’économie tchadienne sur une trajectoire équilibrée et viable qui permettra au pays de réaliser une croissance à la fois verte et inclusive, et de réduire la pauvreté. Elles iront également dans le sens des initiatives régionales visant à rétablir et à préserver la stabilité extérieure de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac).

Inquiétudes

« L’effet conjugué des chocs provoqués par la pandémie de Covid-19, la volatilité des cours du pétrole, la montée de l’insécurité et la menace d’une crise alimentaire entraînée par le changement climatique a placé l’économie déjà vulnérable du Tchad sous haute tension. Les perspectives macroéconomiques se sont encore détériorées, les faiblesses du pays sur ce plan étant plus marquées que prévu et ses besoins de liquidité se faisant plus pressants », a déclaré Kenji Okamura, directeur général adjoint et président par intérim. Ajoutant que la dette publique du Tchad n’est plus viable.

Premier pays à solliciter, en janvier 2020, un traitement de dette au titre du cadre commun du G20 au-delà de l’ISSD, le Tchad est en quête d’accords de restructuration avec les principaux créanciers officiels et privés d’ici à fin mars 2022 destinés à lancer le nouvel accord au titre de la FEC. Le pays est dirigé, depuis avril dernier, par un conseil militaire présidé par Mahamat Idriss Deby Itno (photo).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here