Nouveau coup dur pour le Mozambique : le portugais Galp Energia suspend son projet gazier

0

Après le groupe français Total, c’est au tour du portugais Galp Energia (GALP.LS) de suspendre son projet gazier au Mozambique pour des raisons sécuritaires dans le pays.

Le partenaire d’un consortium gazier dirigé par Exxon Mobil au Mozambique a fait savoir qu’il n’investira pas dans des usines onshore tant que les autorités n’auront pas garanti la sécurité et la stabilité sociale.

Ce qui constitue un deuxième revers dans les espoirs du Mozambique de développer un important hub de gaz naturel liquéfié (GNL) dans les années à venir. Ceci après que TotalEnergies (TOTF.PA) a suspendu son propre projet de GNL séparé dans le pays.

Les attaques de militants dans la région de Cabo Delgado au nord du Mozambique, près du projet de gaz naturel liquéfié Rovuma de 30 milliards de dollars, ont forcé des centaines de milliers de personnes à fuir la région.

Le gouvernement mozambicain a déclaré qu’il s’attend à ce que le consortium prenne la décision finale d’investissement, déjà reportée de 2020 en raison de la pandémie de coronavirus.

S’exprimant sur cette question, le PDG de Galp Energia, Andy Brown, a indiqué que sa société n’avait pas inclu d’investissements dans les installations onshore de Rovuma dans son plan d’investissement net pour les cinq prochaines années.

Pour le moment, souligne-t-il, il sera difficile d’établir un calendrier d’investissement dans cette région.

Pour sa part, le porte-parole d’Exxon (XOM.N), Todd Spitler, a déclaré : « nous continuons de surveiller les développements en matière de sécurité dans la région », ajoutant que « la société travaille avec le gouvernement du Mozambique pour permettre le développement de cette ressource de classe mondiale ».

Prévu pour démarrer en 2024, le projet Mozambique LNG sera sans doute très en retard en raison de l’insécurité qui règne dans cette zone d’installation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here