Le Burkina, la RDC et le Maroc adhèrent à l’Africa Finance Corporation

0

Depuis le premier trimestre 2021, l’Africa Finance Corporation (AFC) compte trois nouveaux membres à savoir le Maroc, le Burkina Faso et la République démocratique du Congo. Dans un communiqué publié mercredi 9 juin, l’institution panafricaine a indiqué que cette nouvelle adhésion porte le nombre total à 31 membres.

« Grâce à cette adhésion élargie et à notre expertise technique, nous sommes habilités à fournir des infrastructures critiques en mettant davantage l’accent sur l’énergie, les énergies renouvelables et les infrastructures numériques pour reconstruire une économie plus résiliente et durable après Covid-19. », a déclaré Samaila Zubairu, président et chef de la direction d’AFC.

S’exprimant sur l’adhésion du Maroc, le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme administrative, Mohamed Benchaaboun, a déclaré que son pays « est heureux d’adhérer à l’AFC à un moment aussi critique. Nous sommes impatients de terminer les procédures de ratification légales dès que possible, afin de pouvoir tirer parti des nombreux avantages de l’adhésion à l’AFC, y compris son solide réseau, alors que nous poursuivons notre programme de recherche de partenariats plus stratégiques en Afrique subsaharienne ».

Pour sa part, le ministre burkinabé de l’Économie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré, a déclaré : « Dans le cadre de notre engagement à réduire la pauvreté au Burkina Faso et à transformer l’économie burkinabè, nous sommes impatients de travailler avec AFC, institution panafricaine, pour développer des projets d’infrastructure dans des secteurs catalyseurs tels que le transport, la logistique et l’exploitation minière pour le développement durable du pays ».

Créée en 2007, l’AFC a investi plus de 8,7 milliards USD dans 35 pays d’Afrique, utilisant son accès unique aux marchés de capitaux mondiaux pour stimuler le développement, intégrer les économies du continent et transformer des vies. Sa mission principale est de combler le déficit d’infrastructure du continent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here