Programme des 100 jours en RDC: la société turque Karmod veut porter l’affaire en arbitrage international

0
Le président Félix Tshisekedi Tshilombo de la RD Congo.

En RDC, le programme des 100 jours continue de faire parler de lui. Les méga chantiers sensés marquer le démarrage de la mandature du président Félix Tshisekedi, outre qu’ils ont débouché sur l’interpellation du directeur de cabinet du chef de l’Etat et sa condamnation à 20 ans de travaux forcés dans une affaire aux relents politiques, ont aussi eu des répercussions dans le monde des affaires et risque de connaître un développement devant l’arbitrage international. Ainsi, l’emprisonnement de l’homme d’affaires Samih Jammal, victime collatérale, s’est faite alors qu’aucune infraction ou manquement ne lui est reproché.

Dans ce cadre, la société turque Karmod Prefabricated Technologies Company, qui a mis en oeuvre le projet de 100 jours avec l’homme d’affaires libanais via sa société Samibo Sarl, a saisi la présidence congolaise de la situation des marchandises importées et toujours bloquées dans les ports de Matadi, de Dar-Es-Salam et d’Angola. La compagnie maritime réclame les conteneurs vides, sa propriété légitime. L’ardoise risque à coup sûr d’être salée.

En outre, Karmod Prefabricated Technologies Company dit avoir également lancé le projet de logements militaires de 3000 unités qui a été confié à la société Husmal Sarl par arrêté présidentiel. « Nous avons acheté toutes les matières premières pour le projet, mais nous n’avons été payés qu’environ 2 pour cent de la valeur de l’ensemble du projet. Nous vous demandons de reprendre le paiement immédiatement via notre agent Samibo Sarl, afin que nous puissions poursuivre le projet et vous envoyer les maisons restantes. Veuillez prendre en considération que 93 maisons militaires attendent dans le port de Matadi depuis près d’un an maintenant. Nous espérons que les questions ne parviendront pas aux tribunaux internationaux et que le montant restant sera payé conformément à l’accord. Nous saisissons cette occasion pour renouveler les assurances de notre très haute considération », lit-on dans une correspondance du 23 mars adressée au président Tishékédi. Le programme des 100 jours est loin de son épilogue.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here