Côte d’Ivoire: le ministre Adama Coulibaly explique l’émission d’un milliard d’Euros sur le marché des capitaux

0

La Côte d’Ivoire a mobilisé la semaine dernière sur le marché des capitaux un Eurobond de 655 milliards Fcfa, soit 1 milliards d’Euros. Satisfait de cette mobilisation des ressources, le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly, a fait savoir que cette levée de fonds «viendra alimenter le budget de l’Etat pour financer les investissements prioritaires prévus dans la loi de Finances 2020, conformément aux engagements pris avec le Fmi. Et permettre le rachat de trois séries d’Eurobonds existantes».

Dans une interview accordée au quotidien national ivoirien, Fraternité Matin, le ministre a révélé que ce sont 40 investisseurs issus des Etats Unis et d’Angleterre qui ont participé à cet emprunt, arrangé par Bnp Paribas, JP Morgan et Standard Chartered. Sans un road show préalable, le carnet des intentions de souscription a dépassé 5 milliards d’euros, soit plus de 5 fois le montant recherché.

Mais le gouvernement ivoirien, après l’adjudication, a retenu un milliard d’Euros, d’une maturité de 10 ans aux conditions de 5% de taux et 5,00 % de taux de rendement. « Ce recours au marché international vient du fait que notre marché de l’Union a été beaucoup sollicité par les huit Etats membres en vue d’honorer les dépenses additionnelles générées par la pandémie à la Covid-19. La Côte d’Ivoire, en sa qualité de premier émetteur de ce marché local, devait y réduire son recours afin de permettre aux autres pays, qui n’ont pas accès au marché international, de combler leurs besoins financiers », a déclaré le ministre Adama Coulibaly.

Pour le ministre, cette opération entre dans le cadre de la gestion proactive du profil de la dette publique de la Côte d’ivoire et de la Stratégie de gestion de la dette à moyen terme. Réaffirmant par la même occasion que le succès de cette émission est à mettre à l’actif du leadership du Président Alassane Ouattara et aussi des performances réalisées et reconnues par le Fmi notamment le respect du déficit budgétaire, du taux d’endettement et des normes communautaires. Sans oublier le maintien de la notation financière de la Côte d’Ivoire par les Agences Moody’s (Ba3, perspective stable) et Fitch (B+, perspective positive), une notation classée parmi les plus élevées d’Afrique subsaharienne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here