Autopsie des programmes du FMI en Afrique (3) : l’austérité, la potion magique devenue tragique.

2
"Le monde est en guerre (économique) permanente. Comme dans la jungle, chacun dîne d’un plus petit que soi".

Avec un haut degré des connaissances des arcanes de l’économie et de la finance, le banquier malien Cheikhna Cissé, livre ici la troisième partie de son analyse sur les rapports entre le FMI et l’Afrique. Cette étude bien documentée intervient alors même que le G20, le Club de Paris, la Chine et les créanciers privés se seraient entendus sur un moratoire au profit des pays en développement (76 dans le monde dont 38 en Afrique) à condition que ceux-ci souscrivent à de nouvelles conditionnalités auprès du FMI. D’où l’intérêt de cette tribune, qui vient fort à propos.


Par Cheikhna Bounajim Cissé


« Pourquoi diable l’austérité ?[1] », s’égosilla en février 2003 le chef économiste du Fonds monétaire international (FMI) Kenneth Rogoff, face à l’effluve de critiques acerbes contre son institution. Dans « La riposte du FMI[2] », vent debout, il se justifia : «Au fil des ans, c’est l’accusation d’«austérité » qui, plus que tout autre, a soulevé les passions. Les diatribes contre le FMI laissent croire que la rigueur des politiques macroéconomiques que ses agents imposent aux autorités gouvernementales étouffe les espoirs et les aspirations des peuples. Pourtant, au risque d’être moi-même accusé d’hérésie, je dirais que la réalité est presque à l’opposé de ce que l’on dit. » Sans se dégonfler, il alla jusqu’à dire : « Eh oui ! Il faut bien comprendre que les autorités des pays en développement ne sollicitent pas une aide financière du FMI lorsque tout va bien ; c’est lorsqu’ils éprouvent de graves difficultés financières, résultant tout à la fois d’une mauvaise gestion et de la malchance, qu’ils font appel à nos services. »

Vous avez bien lu : quand le médecin de Bretton Woods est appelé au chevet des pays pauvres, ces derniers sont déjà dans un état comateux ou tout au moins dans un stade de l’obnubilation. En français facile, pour ceux qui peinent à comprendre ou à admettre la réalité, cela veut dire que le programme du FMI est un modèle qui soigne les blessés graves et tente de réanimer les mourants. Et l’image n’est pas surfaite. Le monde est en guerre (économique) permanente. Comme dans la jungle, chacun dîne d’un plus petit que soi. Ceux qui, par chance ou par malchance, ne finissent pas leur course dans la panse des prédateurs sont secourus par l’ambulance des aumôniers internationaux. Juste de quoi leur remettre sur pied en attendant la prochaine chasse. C’est dire que la compétence et l’expertise du FMI sont donc hors de cause dans la situation bancale et hadale de l’Afrique, si l’on s’en tient aux propos du chef économiste du FMI qui répondait, d’ailleurs en partie, à l’interrogation en incipit de ma chronique : « De deux choses l’une : soit le malade souffre d’un mal incurable, soit le médecin est atteint d’une incompétence immensurable[3] ».

Dans les sillons des protestateurs, Kenneth Rogoff fustigea, à juste titre (je l’admets), l’attitude de certains dirigeants africains peu enclins à s’assumer : « Tout cela n’empêche pourtant pas le FMI d’être stigmatisé quand ces mêmes politiciens sont tenus d’expliquer la nécessité des coupes budgétaires à leur population. « C’est le FMI qui nous oblige à agir ainsi ! » Éternelle rengaine d’autorités gouvernementales obligées de réduire dépenses et subventions[4] . »

Il est vrai que le FMI est accusé de ne parier que sur l’austérité, le remède miracle censé soigné tous les maux économiques et financiers de leurs patients africains. Que recouvre en réalité le terme « austérité » pour le FMI ? Pour tenter de trouver une réponse de l’organisation onusienne, il faut recourir à une interview de son ancien chef économiste Olivier Blanchard (2008-2015) publiée le 2 mars 2017. Pour lui, le programme d’austérité est une politique qui consiste à « remettre la maison en ordre[5] ». L’économiste italien Carlo Cottarelli est plus disert sur la question. Alors Directeur du Département des finances publiques du FMI, il donna son point de vue dans la revue Finances & Développement de Juin 2012 : « Imaginons le capitaine d’un navire, qui doit amener sa cargaison sans dommage et rapidement à destination. L’austérité, comme la marche du navire, doit suivre un plan précis et maintenir un cap constant dans des eaux parfois houleuses. » Il enchaîna les paraboles : « C’est comme si on évaluait l’efficacité d’un parapluie en examinant dans quelle mesure il protège de la pluie même lorsque le soleil brille. Les parapluies sont utiles quand il pleut; lorsqu’il y a du soleil, ils ne sont pas très utiles. Et on ne peut pas vraiment évaluer leur efficacité sur une moyenne de jours pluvieux et ensoleillés[6]. » L’euphorie allégorique passée, la lucidité reprit ses droits. « On peut dire à coup sûr qu’un durcissement budgétaire considérable aura un effet de contraction sur l’économie (…). Il serait utile d’étaler l’ajustement, en en reportant une partie jusqu’à ce que la production se soit redressée et que le circuit du crédit se soit renforcé », ajouta sans coup férir le haut fonctionnaire du Fonds.

La marche du navire

Pour le FMI, l’austérité est une bonne chose ; elle est même nécessaire et indispensable dans leur boîte à outils. Par contre, comme l’excès de tout est nuisible, c’est l’austérité ad libitum qui n’est pas souhaitable. « Le risque est en effet la que, sous la pression des marchés, certains pays fassent du zèle dans l’austérité. Ce serait une erreur[7] », confiait Olivier Blanchard, alors économiste en chef du FMI, au journal La Tribune le 24 mai 2010.

Cette position n’est pas la mienne et elle n’est pas seulement mienne. Le journaliste Patrick Mbeko s’interroge aussi : « Pourquoi lorsque les États-Unis et l’Union européenne ont été confrontés à la crise économique et financière il y a quelques années, n’ont-ils pas appliqué les politiques d’austérité qu’ils imposent aux autres pays depuis près de trois décennies maintenant ?[8] » L’austérité n’est pas la panacée. Et il ne saurait y avoir de bonne austérité et de mauvaise austérité. Comme on le dit chez nous, « le chat, qu’il soit rouge ou noir, est toujours dangereux pour la souris ». Donc le problème n’est pas le dosage ou l’échelle de l’austérité, comme veulent le faire croire les experts de Washington. C’est le concept même et son contenu qui sont en cause. Ceci dit, personne ne peut faire, raisonnablement, l’apologie de la mauvaise gestion. Mais de là à imposer et à perpétuer des modèles économiques inefficaces et sans issue, il y a un pas à ne pas franchir.

La cure d’austérité qui est prescrite sous le terme angélique de « discipline budgétaire » proscrit – sous peine de rupture de programme avec le FMI – de vivre au-dessus de ses moyens. Elle impose de s’ajuster non pas aux besoins de développement mais aux maigres ressources, et se propose de réduire la voilure de la « pauvreté » (la nouvelle variante améliorée des PAS) créée par ces mêmes mesures d’ajustement. Pourtant, les engagements des pays africains, notamment de l’UEMOA, vis-à-vis du remboursement des crédits alloués par le FMI ne sont pas fonction de l’état de leurs finances publiques, ils sont bien tenus, entretenus et soutenus par la Banque centrale[9].

Les politiques d’austérité génèrent des « effets cliquet[10] » : troubles sociaux avec un chômage en masse, troubles politiques avec falsification des résultats de vote, etc. En vérité, l’austérité n’est pas un bon remède. C’est le moins qu’on puisse en dire. Nulle part, elle n’a été une solution pour redresser, accélérer ou faire décoller une économie. Sinon, les grands contributeurs du monde financier que sont les pays occidentaux, dont certains peinent à se remettre de la grave crise financière de 2008 et qui affichent toujours une croissance molle, l’auraient appliquée à eux-mêmes, avant de l’exporter en Afrique avec le véhicule du FMI.

J’aurai pu paraître comme un pasteur prêchant, en plein désert, une hérésie économique. Il n’en est rien. Plusieurs économistes, de renom, ont déconseillé vivement les politiques d’austérité prônées et mises en œuvre par les institutions financières internationales (IFI) en Afrique.

La saignée médiévale

La critique la plus acerbe contre les politiques des institutions de Bretton Woods vient, curieusement, d’un homme de leur sérail. Et ce n’est point n’importe qui. Il s’agit du prix Nobel d’économie Joseph E Stiglitz. Connu pour ses positions keynésiennes et réputé pour son anticonformisme, il a enseigné dans des prestigieuses universités, au Massachusetts Institute of Technology (MIT), à Yale, à Stanford, à Oxford et à Princeton. C’est dire qu’il a de l’étoffe et aurait pu incarner le « dream » américain. Pourtant, il n’a pas hésité à démissionner de son poste de premier vice-président et d’économiste en chef de la Banque Mondiale en février 2000, pour donner libre cours à ses critiques virulentes contre les programmes d’austérité imposés par le FMI. « L’homme le plus incompris d’Amérique », comme le titrait en 2009 l’hebdomadaire Newsweek, estime que l’austérité est une « idée toxique » qui mène au désastre. Il n’y va pas par quatre chemins lorsqu’il la compare à « la pratique de la saignée dans la médecine médiévale »[11] Le professeur Stiglitz a remis le couvert en publiant « L’Euro : comment la monnaie unique menace l’avenir de l’Europe » (Éditions Les Liens qui Libèrent, 2016). Il explique que l’austérité est un mauvais choix et qu’elle a condamné l’Europe à « la stagnation sans fin ». L’ex-conseiller du président Bill Clinton tire sur la sonnette d’alarme et enjoint les Européens « à reprendre en main les rennes de leur destinée commune en cessant de louvoyer au risque d’aggraver, plus profondément encore, la crise actuelle[12]. »

Son compatriote, Paul Krugman, autre figure de proue du nouveau keynésianisme et prix Nobel d’économie 2008, a aussi dénoncé les politiques d’austérité dans son livre « Sortez-nous de cette crise… maintenant ! » publié en septembre 2012 (Éditions Flammarion). L’éditorialiste du New York Times, redoutable « faiseur d’opinion », fait la fortune des médias et des revues spécialisées. Bien avant, cet ancien conseiller de Reagan a été professeur d’économie au MIT, à Stanford, à Yale, à la London School of Economics ; et, depuis peu, enseigne à Princeton. Ses prises de position tranchent nettement avec les politiques ultralibérales défendues par le FMI et la Banque Mondiale. Selon le site captaineconomics.fr, « un article récent publié le 2 mai 2016 sur son blog du New York Times “Not Enough Inflation” résume finalement assez bien ses arguments contre les politiques d’austérité (= baisse des dépenses publiques et hausse des impôts) et sa vision du besoin d’une politique monétaire accommodante (= pour faire simple “on imprime plein de billets”) en période de crise. Pour justifier cela, le professeur Krugman prend très souvent en exemple le cas de la trappe à liquidité au Japon au début des années 1990[13]. » Le sémillant économiste américain estime que « c’est en phase d’expansion, pas de ralentissement, qu’il faut appliquer l’austérité ». Il ajoute que « l’Etat doit dépenser plus, pas moins, jusqu’à ce que le secteur privé soit en mesure de reprendre son rôle moteur[14] ». Pourtant, en Afrique, les institutions multilatérales se désolent que le secteur privé ne soit pas le moteur de l’économie, alors que celui-ci est squelettique, pratiquement insignifiant, dans plusieurs pays.

Le plus jeune d’entre tous, certainement l’économiste le plus influent et le plus médiatisé du microcosme français, Thomas Piketty va aussi en croisade contre les politiques d’austérité. Ce natif de la banlieue parisienne (Clichy) sait mieux que quiconque traiter de ces sujets sensibles. Paul Krugman n’a pas tari d’éloges sur son livre « Capital au XXIe siècle » (Éditions du Seuil, 2013), un bestseller vendu à 2,2 millions d’exemplaires dans le monde. À l’instar de ses devanciers, l’économiste français a aussi enseigné au MIT, la célèbre université américaine, dès l’âge de 22 ans ! La « Pikettymania » continue de faire des adeptes, bien au-delà des frontières françaises, et s’étend partout en Europe, aux États-Unis, et de plus en plus en Afrique chez les altermondialistes.

Effet toupie

Les points de vue exprimés par les économistes cités auraient pu être de simples avis, parmi tant d’autres. Mais lorsque la critique émane d’éminents experts, et de surcroît des prix Nobel d’économie, il y a tout lieu d’y être attentif et de se garder de toute conclusion hâtive.

La politique d’austérité est une fausse solution à un vrai problème. Elle a confisqué le passé, intoxique le présent et hypothèque dangeureusement l’avenir de nombreux pays africains. À l’évidence, on ne peut pas continuer à serrer la ceinture, et en même temps s’époumoner à grossir. Il y a quelque chose d’irrationnel dans la démarche. Si l’austérité est réellement le « remède miracle », la majorité des Etats africains sous programme, après quatre décennies d’application rigoureuse et vigoureuse de la potion magique, n’allaient pas pointer sans discontinuité sur les listes peu recommandables des pays les plus indigents de la planète (PMA et PPTE).

Chers dirigeants africains, vos peuples vivent les conséquences de votre inconséquence dans vos choix politiques et économiques. Rien n’impose que l’Afrique soit crucifiée sur la croix de l’austérité. Que les politiques d’austérité soient mauvaises pour nos économies, c’est désormais admis par la plupart des économistes. Et qui plus est, la démonstration est suffisament faite par les prescripteurs eux-mêmes (enfin !) que les effets secondaires des remèdes administrés aux patiens africains sont dévastateurs, à des degrés divers. Si le FMI considéré – à tort ou à raison – comme le gourou de l’austérité, est capable de porter une appréciation critique sur ses interventions, comment pouvez-vous vous autocensurer en refusant de prêter une oreille attentive à la critique contributive de vos compatriotes ? Pour le banquier togolais Kossi Djokoto, « quand on n’a pas de prise sur l’essentiel, alors qu’on est censé faire, il est normal qu’on tourne en rond en créant un effet de mouvement pour montrer qu’on fait, c’est l’effet toupie. » J’ajoute à cette vérité primaire que dans ce système de balancier, chaque « tic-tac » est en réalité une « tac-tic » des gouvernants africains et de leurs comparses pour asservir les populations africaines, condamnées à une vie d’ascète et d’ermite, et, ainsi, les maintenir dans les liens de la servitude et de la servilité. Cette politique branlante, alias « austérité », est le talisman préféré du marabout d’outre-Atlantique que les pays africains continuent d’enlancer fermement autour de la ceinture. Résultat de quarante années d’étreinte : l’Afrique, le continent le plus riche du monde en termes de ressources agricoles et minières, concentre à elle seule plus de la moitié des pauvres de la planète.

Chers dirigeants africains, qu’allez-vous finalement léguer à la postérité ? De la prospérité ou de l’austérité, de la précarité et… de la pauvreté ?


[1] https://www.imf.org/fr/News/Articles/2015/09/28/04/54/vc021003

[2] ibid

[3] https://www.financialafrik.com/2020/10/27/pourquoi-les-pays-africains-doivent-ils-arreter-les-programmes-avec-le-fmi/

[4] https://www.imf.org/fr/News/Articles/2015/09/28/04/54/vc021003

[5] https://www.challenges.fr/economie/la-mise-en-garde-de-l-ex-chef-economiste-du-fmi-contre-l-austerite_456597

[6] https://www.imf.org/external/pubs/ft/fandd/fre/2012/06/pdf/straight.pdf

[7] https://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20100524trib000512076/exclusif-sous-la-pression-des-marches-les-pays-europeens-ne-doivent-pas-faire-du-zele-dans-l-austerite.html

[8] Patrick Mbeko, « La question du CFA, est moins grave que les politiques d’ajustements structurels auxquelles l’Afrique est confrontée », 15 juillet 2015, en ligne : oeildafrique.com

[9] « Les opérations de la BCEAO avec le FMI sont régies par des conventions signées avec les Etats membres de l’UMOA. Conformément à ces accords, la Banque Centrale assure les fonctions d’agent financier de ces pays auprès du FMI, telles que définies par l’article 5, section 1 des statuts du Fonds. Elle est, en outre, dépositaire des avoirs du FMI en Francs CFA, en application de l’article 13, section 2 des statuts de cette Institution. » (BCEAO, États financiers au 31 décembre 2019, en ligne : www.bceao.int)

[10] https://www.sciencesetavenir.fr/decryptage/les-ravages-de-l-austerite-une-simple-erreur-de-modele-du-fmi_37096

[11] En ligne : www.capital.fr/enquetes/histoire-eco/les-plus-grands-genies-de-l-economie/joseph-stiglitz-ne-en-1943-le-gourou-prefere-des-altermondialistes

[12] En ligne : www.editionslesliensquiliberent.fr

[13] En ligne : www.captaineconomics.fr/-paul-krugman-austerite-inflation-deflation-trappe-liquidite

[14] En ligne : www.capital.fr/enquetes/histoire-eco/les-plus-grands-genies-de-l-economie/paul-krugman-ne-en-1953-il-a-formule-la-nouvelle-theorie-du-commerce-international

2 Commentaires

  1. Merci pour cette brillante analyse qui met en lumière significativement la cause des problèmes des pays africains. Pour ma part, la responsabilité du FMI est moindre par rapport à celle de nos dirigeants puisque ce sont eux qui tiennent les rennes du développement de leurs pays respectifs et qui échouent lamentablement dans le rôle qui leur est dévolu.
    Face à cette situation, pensez vous que accroitre les fonds alloués aux pays africains pourrait résoudre le problème ? Non je ne pense pas, il faudrait plutôt nous apprendre à pêcher pour ne plus qu’on dépende de l’extérieur. Aussi il faudrait que nos dirigeants fassent fondre tous les maux qui gangrènent de manière immensurable notre développement. Enfin le volet non négligeable sur lequel s’appesantir est indubitablement la mentalité qui doit être toilettée et qui va constituer le ressort qui permettra de bondir.

  2. Merci Ulrich EDI pour votre pertinente contribution. Comme vous avez certainement constaté dans mes écrits, je tiens en haute mésestime le discours victimaire. C’est pour cette raison que dans la première partie de ma chronique, j’ai indiqué que la responsabilité des dirigeants africains dans la situation bancale et hadale de leur continent est totale et entière.
    Par ailleurs, la question de dépendance que vous posez est essentielle. L’addiction des pays africains à l’aide étrangère est une excroissance de la politique des IFI. Je l’aborderai dans la partie 5 de ma chronique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here