Franc CFA: le risque caché du coup d’état Malien

0

Au-delà des retombées de l’agitation politique au Mali, la répression des transactions sur le franc CFA ouest-africain risque d’aggraver le désarroi économique de l’ère de la COVID-19, rapporte AZA, spécialiste des flux monétaires dans son bulletin hebdomadaire sur les devises africaines.

“Dans les heures qui ont suivi la prise du pouvoir par les militaires, la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a annoncé des restrictions protectrices sur les flux de fonds hors du pays vers les États membres”, rapporte Michael Nderitu Chief Risk Officer, AZA. Bien que le Trésor français soutienne le CFA à l’exception de garanties contre toute fluctuation soudaine des marchés des devises, les limites imposées aux opérations de change entraveront les échanges, en particulier pour le secteur agricole dominant du huitième plus grand pays d’Afrique. Il est donc crucial que la BCEAO retrouve de la normalité sur les marchés des devises dès que les événements sur le terrain le permettent.

En dehors de la zone CFA, l’on relève la rareté des devises sur les autres marchés monétaires africains. Cas du Nigeria où la rareté du billet vert s’est répercutée sur le naira dépréciée de 475 à 480 unités pour un dollar dans le marché non officiel. Les plans de réouverture des aéroports nigérians pour les voyages internationaux ont stimulé la demande en dollars tandis que les banques commerciales ont désactivé ou réduit la limite de dépenses quotidiennes sur les cartes de débit libellées en dollars. L’inflation pour le mois de juillet est passée de 12,56 % à 12,82 %, sous l’effet de la hausse du coût des aliments et des autres produits de base. “Nous prévoyons que les niveaux demeureront plus faibles au cours des prochains jours, car les vols internationaux alimenteront la demande en dollars”, estime Aza.

Le déconfinement profite au Rand

En Afrique du Sud, le Rand a rebondi d’un creux de 17,51 par dollar à 17,21 après que le président Cyril Ramaphosa ait annoncé l’assouplissement des restrictions de confinement au cours du week-end. Le mouvement vers la normalisation de l’économie dans le pays africain le plus durement touché par les infections au COVID-19 a stimulé les achats de Rand par les investisseurs à la recherche de solutions de rechange aux faibles rendements du dollars. “Nous prévoyons d’autres gains pour la devise dans les prochains jours”, opine Murega Mungai Trading Desk Manager, AZA.

Le Shilling kenyan au plus bas, n’a pas encore touché le fond

Pradoxalement, c’est l’une des meilleures histoires de réussite du Kenya – Safaricom – qui est l’un des principaux facteurs de la dernière chute du Shilling. La demande en dollars s’est encore accrue lorsque le gouvernement a levé l’interdiction d’importer des vêtements et des chaussures d’occasion avec effet immédiat. Le shilling s’est affaibli à un creux record de 108,60 contre 108,45 contre un dollar. Alors que les exportations agricoles se redressent – bénéficiaire de la lutte politique en cours entre l’Inde et le Pakistan – cela sera compensé par la demande en dollars du secteur de l’énergie et d’autres importateurs de marchandises. Nous nous attendons à ce que la pression négative actuelle se poursuive et que le Shilling atteigne de nouveaux creux dans les jours et les semaines à venir.

Retour aux affaires en Ouganda alors que le Shilling se stabilise

Le Shilling ougandais s’est stabilisé à 3 665/3 675 niveaux en raison de la faible demande en dollars des entreprises des secteurs de la fabrication, de l’énergie et du commerce en détail et d’un certain soutien provenant des entrées de dollars pour les exportateurs de thé et de café. Les rendements relativement élevés des titres d’État éloignent également les investisseurs des actifs américains. Le gouvernement a dit qu’il continuerait d’analyser les infections à la COVID-19 pour voir quels secteurs de l’activité economique pourraient être repris en toute sécurité, citant la réouverture de l’aéroport pour des catégories spéciales de personnes, y compris les touristes. Compte tenu de la levée prévue des restrictions relatives au coronavirus, la confiance des entreprises continuera de croître, ce qui renforcera le Shilling au cours de la semaine à venir.

Les noix de cajou, le coton et les clous de girofle stimulent la récupération du Shilling tanzanien

Le Shilling tanzanien s’est légèrement renforcé à 2315/2325 (2320) par rapport au dollar contre 2320/2330 (2325) il y a une semaine. Dans sa revue économique mensuelle, la Banque de Tanzanie a affiché de solides performances économiques et prédit des perspectives positives pour l’inflation, les prix des carburants et les stocks alimentaires. Une augmentation des exportations agricoles comme les noix de cajou, le coton, le clou de girofle, et l’exploitation minière a entraîné le renforcement du Shilling, tandis que la demande d’importation demeure modérée en raison des restrictions imposées par le coronavirus. “Nous prévoyons que le Shilling se raffermira légèrement au cours de la semaine à venir en raison de l’augmentation des entrées provenant des exportations agricoles et de la reprise du tourisme”, explique Terry Karanja Treasury Associate chez AZA.

Source

Aza, bulletin hebdomadaire, hebdo des devises.

.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here