Une élue Afro de l’extrême droite française vote contre la reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’humanité au parlement européen

2
Maxette Pirbakas à contre-courant de l'adhésion des africains et descendants africains favorables à une écrasante majorité au vote du parlement européen. avec

«La vie des Noirs compte», proclame le Parlement européen dans une résolution historique adoptée le vendredi 19 juin et reprenant à son compte le mot d’ordre “Black Lives Matter” du mouvement mondial parti des Etats-Unis contre le racisme et les violences policières.

Les élus européens déclarent également dans cette résolution, adoptée par 493 voix pour, 104 contre et 67 abstentions, que la Traite des esclaves est «un crime contre l’humanité». Cette résolution s’inscrit comme une réponse directe aux manifestations qui se multiplient depuis le décès de George Floyd, mort asphyxié lors de son interpellation par la police à Minneapolis, aux Etats-Unis mais aussi en Europe et partout dans le monde.

Par ailleurs, il sied de souligner que lors du débat mercredi 19 juin en plénière, une eurodéputée allemande d’origine africaine, Pierrette Herzberger-Fofana (écologiste), avait affirmé avoir été victime la veille de violences policières à Bruxelles alors qu’elle photographiait une intervention qu’elle jugeait abusive, une version contestée par la police belge. Cependant contre toute attente, une descendante d’esclave a fait sensation au parlement Européen. En effet, Maxette Pirbakas, députée européenne originaire de la Guadeloupe, étiquettée Rassemblement National (ex Front National) de Marine Lepen , a voté contre cette resolution qui proclamme la reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’humanité. Une prise de position qui a suscité des réactions diverses et variées.

Selon le délégué départemental du Rassemblement National en Guadeloupe, Rody Tolassy, le vote contre la résolution portée par Younous Omarjee s’inscrit dans la volonté de « ne pas se mêler politiquement d’une affaire qui concerne les Etats- Unis d’Amérique ». Une prise de position qui a depuis évolué: “je mesure l’erreur politique de la députée européenne Maxette Pirbakas, qui aurait du suivre avec plus d’assiduité ce sujet d’ importance au parlement européen en tant que représentante des Outre-mer et ainsi de l ‘histoire commune de nos territoires…..”, a déclaré Rody Tolassy dans un communiqué du 21 juin.

La première concernée semble s’être elle aussi rétractée. Dans une video, Maxette Pirbakas réfute avoir voté non et dit s’être abstenue. Un mensonge selon Younous Omarjee, eurodéputé (GUE-LFI), initiateur de la loi.

Les ancêtres des africains américains et des afro-caribéens ont été déportés par la compagnie des Indes durant 400 ans dans le cadre du commerce triangulaire des esclaves capturés en Afrique.

2 Commentaires

  1. Elle est peut- être restée fidèle à ses convictions intimes et à la ligne politique de son parti dont le racisme et la xénophobie ne sont plus un secret pour personne.Mais ce faisant, elle a par ce vote trahi sa race

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here