En Amérique, les statues de Christophe Colomb déboulonnées

0
La représentation de Christophe Colomb à Colombus vandalisée.

Plusieurs fois vandalisée, la statue de Christophe Colomb dans le Bell Park de Houston a fini, vendredi, par céder après avoir été enduite de sauce tomate. La statue avait été commandée par les organisations italo-américaines du Grand Houston Inc. et donnée gracieusement à la ville en 1992.

Les manifestants estiment que Christophe Colomb ne devrait pas être considéré comme quelqu’un qui a «découvert» l’Amérique, mais plutôt comme un conquérant étranger qui a asservi les indigènes. Les avis sont cependant partagés. Suite au retrait, Un habitant de Columbus a déposé une pétition pour le maintient de ce monument.

D’autres statues de Christophe Colomb sont menacées d’être retirées. C’est le cas de Colombus où une vive polémique oppose les partisans et les adversaires de ce retrait. Le monument de Christophe Colomb au Statehouse a été érigée en 1892. La statue est restée sur le terrain du collège, qui était à l’origine situé sur le côté est de Columbus jusqu’à ce qu’il déménage à son emplacement actuel sur North High Street en 1932.

Ailleurs, à San Francisco, une statue de Christophe Colomb pesant 2 tonnes et datant de 1957 a été enlevée tôt jeudi matin et mise en dépôt pour prévenir d’éventuels débordements d’une manifestation prévue le jour d’après, soit le vendredi 19 juin. A Easton, une pétition en ligne a été lancée et demande de retirer la statue de Christophe Colomb, mais le maire de la ville s’y oppose.

La semaine dernière, une statue de Christophe Colomb dans le sud de Philadelphie a dû être gardée par les forces de l’ordre et depuis protégée par une structure en bois. Des groupes italo-américains ont demandé à un juge d’empêcher toute action possible pour le retirer. La bataille est loin d’être terminée.

Face aux demandes de retrait de statues, des avocats proposent de combler le vide juridique (il n’y a pas de lois pour le retrait des statues en Amérique) permettant d’encadrer cette demande sociale née des manifestations des mouvements anti-racistes au lendemain du meurtre de George FLoyd, un noir américain de 46 ans, étouffé fin mai sous le genou d’un policier blanc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here