COVID-19 et implications des moratoires temporaires sur la dette des souverains africains notés (S&P)

0
Dettes des pays africains notés par S&P rapportées à leurs PIB respectifs.

En réponse à la pandémie de coronavirus, les gouvernements internationaux, dirigés par le G20, ont convenu d’alléger la dette de nombreux pays à faible revenu. L’agence Standard and Poor’s tire deux conclusions de cet état de faits:

– Dans la mesure où l’allégement de la dette est accordé par des créanciers “officiels”, nous ne considérerions probablement pas le non-paiement du service de la dette comme un défaut souverain selon nos critères, indique S&P. .

– Dans la mesure où l’allégement de la dette est fourni par les créanciers du secteur privé (non officiels), le non-paiement d’un service de la dette d’un pays serait considéré comme un crédit négatif, ce qui pourrait dans certains cas constituer un défaut souverain selon nos critères. Cependant, nous évaluerions les problèmes et les caractéristiques pertinents au cas par cas.

Pour rappel, en date du 22 mars 2020, la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), avec la majorité des ministres africains des finances avait officiellement demandé environ 100 milliards de dollars de soutien financier aux bailleurs bilatéraux et aux institutions financières multilatérales pour aider à soutenir les économies africaines gravement touchées par COVID-19.

À la suite de la demande, le 25 mars, le FMI et la Banque mondiale, dans un communiqué au G20, ont appelé les créanciers officiels à permettre aux pays à faible revenu de suspendre leurs paiements au titre du service de la dette. Les pays à faible revenu en question sont ceux actuellement endettés au FMI et à la Banque mondiale et soit éligible à un financement de la part de Association de développement (IDA) ou appartenant au groupe des pays les moins avancés de l’ONU.

Les ministres des Finances du G20 et leurs gouverneurs de banque centrale se sont rencontrés et a approuvé la demande le 15 avril, comme le montre le communiqué sur la question : “Nous soutenons une suspension dans le temps des paiements du service de la dette pour les pays les plus pauvres. Nous nous sommes mis d’accord sur une approche coordonnée avec un terme commun fournissant les principales caractéristiques de cette initiative de suspension du service de la dette, par le Club de Paris. Tous les créanciers officiels bilatéraux participeront à cette initiative, conformément à lois nationales et à leurs procédures internes. Nous appelons les créanciers privés de participer à l’initiative sur des termes. Nous demandons aux banques multilatérales de développement d’explorer davantage les options de suspension des paiements au titre du service de la dette pendant la période de suspension… Nous appelons les créanciers à continuer de coordonner étroitement dans la phase de mise en œuvre de cette initiative. “

La suspension du paiement du service de la dette convenue par le G20 devrait commencer le 1er mai et se terminer le 31 décembre 2020, mais pourrait être prolongé jusqu’en 2021 après analyse des pays à faible revenu besoins de liquidité. La suspension prévue comprend tous les paiements d’intérêts et de capital dus à créanciers bilatéraux officiels. Le G20 appelle les créanciers privés (non officiels) à participer à l’initiative à des conditions comparables.

La majorité de nos notations souveraines en Afrique sont de catégorie spéculative, avec un classement selon les niveaux relatifs de vulnérabilité. Sur les 22 souverains notés par S&p en Afrique, 19 sont dans le grade spéculatif («BB +» et moins). Quatre pays, le Mozambique, la RD du Congo, l’Angola et la Zambie, sont dans la catégorie «CCC» et sont très sensibles à l’évolution de la conjoncture économique et des affaires, actuellement exacerbée par la Pandémie de covid19. “Nous considérons ceux-ci dans la catégorie «CCC» comme les plus à risque d’un éventuel défaut de dette commerciale”, présente S&P.

“Parmi les pays africains que nous classons, l’Angola, le Congo-Brazzaville, le Mozambique et le Cap-Vert ont les stocks d’endettement globaux (intérieurs et extérieurs) les plus élevés en pourcentage du PIB, en grande partie libellés en devises étrangères. Cependant, bien que le Mozambique, la RD du Congo et le Cap-Vert ont un stock de dette très élevé en pourcentage du PIB, la composition de leur dette extérieure est biaisée vers une dette extérieure concessionnelle à long terme et à faible paiement du service de la dette”.

Le Nigéria, l’Égypte, l’Angola, le Ghana et la Zambie ont une flexibilité budgétaire limitée en raison du service de la dette élevé un pourcentage des recettes fiscales. Bien que le Nigeria ait un niveau d’endettement modéré, son service de la dette en pourcentage des recettes publiques est élevé, principalement en raison de la baisse des recettes fiscales par rapport aux pairs et au service de la dette intérieure relativement cher.

En outre, S&P rappelle qu’environ 60% de la dette extérieure des souverains africains spéculatifs qu’elle note est due à créanciers officiels (créanciers multilatéraux et bilatéraux), tandis que près de 40% sont dus à des créanciers privés.

Environ 13 pays parmi les 22 évaluées par S&P en Afrique ont des réserves de devises étrangères qui ne couvrent pas leurs engagements extérieurs à court terme. Il s’agit notamment du Cap-Vert, du Congo-Brazzaville, du Bénin, de la Zambie, Éthiopie, Togo, Burkina Faso, Ghana, Nigéria, Sénégal, Kenya, Mozambique et RD Congo. Le Bénin, le Congo-Brazzaville, le Togo, le Burkina Faso, le Sénégal et la RD Congo appartiennent à la zone CFA (CEMAC et UEMOA) , bénéficiant d’une garantie de convertibilité illimitée de la France en ce qui regarde la monnaie. De même, le Cap-Vert maintient une parité avec l’euro avec le soutien implicite du Portugal. Les six autres, la Zambie, l’Éthiopie, Le Mozambique, le Ghana, le Nigéria et le Kenya pourraient avoir des difficultés s’ils perdaient l’accès au marché. Autant de paramètres qui influent la notation S&P.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here