Crédit Suisse: Urs Rohner appelé à soutenir Tidiane Thiam ou à faire ses valises

4
Tidiane Thiam, directeur général de Credit Suisse et Urs Rohner, président. Les actionnaires majoritaires ont plutôt apporté leur soutien à l'ivoirien dans une semaine décisive.

La deuxième plus grande banque Suisse est toujours paralysée par le bras de fer opposant son président, Urs Rohner, 60 ans, aux commandes depuis 2009, à son directeur général Tidiane Thiam, nommé en 2015 en provenance de la centenaire Prudential. Alors que le premier pensait se débarrasser du second, fissa la malle, voilà qu’un paramètre inattendu intervient. Des actionnaires apportent leurs soutiens à Tidjane Thiam.

Ainsi, David Herro, vice-président de Harris Associates, l’un des plus importants actionnaires de Credit Suisse, apporte son soutien à Tidiane Thiam. «ll n’existe aucune raison de changer un directeur général qui a du succès et qui n’a été impliqué dans aucun méfait», a dit David Herro à Bloomberg. Harris Associates menace de ne pas réélire le président Urs Rohner lors de la prochaine assemblée générale si le patron était débarqué. De son côté, Silchester International Investors, une société d’investissement du Royaume-Uni, s’est jointe à Herro pour exiger que Rohner se retire s’il refuse de soutenir Thiam. Le fonds américain Eminence Capital a déclaré quant à sa part «impératif» que le conseil d’administration affirme son soutien au directeur général.

Le franco-ivoirien (qui a pensé un temps jeter l’éponge) engrange des soutiens décisifs avant la réunion de mercredi qui doit trancher. Pour sûr, la banque perdra son président ou son directeur général, le maintient des deux personnalités étant peu probables compte tenu de leur animosité réciproque. Crédité d’un bon bilan à la tête de cette banque emblématique, Tidiane Thiam a vu sa belle carrière éclaboussée il y a quelques mois par une histoire de filature. L’ancien responsable de la gestion de fortune de Crédit Suisse, Iqbal Khan, passé depuis chez le concurrent UBS, aurait été vraisemblablement espionné par Tidiane Thiam. L’affaire a plongé le groupe dans une crise de gouvernance qui a valu à Pierre-Olivier Bouée, bras droit du manager ivoirien, de démissionner.

4 Commentaires

  1. N’importe quoi..
    Comment pouvez-vous écrire : »L’ancien responsable de la gestion de fortune de Crédit Suisse, Iqbal Khan, passé depuis chez le concurrent UBS, aurait été vraisemblablement espionné par Tidiane Thiam. » Lorsque les enquêtes ont démontré sa non implication ????
    Si vous voulez le lier à cette affaire, je ne vois pas comment s’y prendre autrement.

  2. Mais si je suis pas concerné à la base par ce genre de cas directement, je tenais tout de même à laisser un commentaire compte tenu des situations obscènes de notre société.
    Comment peut on soutenir des menteurs… Puisque à la base je pense qu’une action comme on a entendu, les grosses têtes sont forcément au courrant.
    Or, comme que par un tour de magie, ce directeur général ne savait pas ce que se préparait au sein de son entreprise…
    En plus les gens soutiennent les menteurs, les escrocs, les activités malsaines.
    Mais dans quelle société évolue t’on ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here